Grands prix d'automne 2023

Bilan de la rentrée littéraire : la saison de Neige

Neige Sinno (à droite) lors de la remise du prix Fémina 2023 au Musée Carnavalet, à Paris - Photo ED

Bilan de la rentrée littéraire : la saison de Neige

Sept « grands prix », six lauréats et autant de maisons d’édition distinguées : Livres Hebdo tire le bilan de ce millésime 2023 des grands prix littéraires d’automne.

J’achète l’article 1.5 €

Par Éric Dupuy,
Créé le 26.11.2023 à 19h30 ,
Mis à jour le 29.11.2023 à 15h57

Avec la 88ᵉ édition du prix Interallié remis mercredi 22 novembre à Gaspard Kœnig pour son roman Humus (L’Observatoire), la saison des grands prix littéraires 2023 s’achève avec son lot de surprises, de déceptions et d’honneurs autant pour les auteurs et autrices primées que pour leurs éditeurs récompensés.

Des 59 titres en lice lors des premières sélections, seuls six ont été primés par les jurys des grands prix, provenant de six maisons d’édition différentes, avec un doublé pour le Québécois Kevin Lambert (prix Décembre et Médicis) et son troisième roman, Que notre joie demeure (Nouvel Attila).

Le palmarès 2023 des grands prix littéraires

Premier Goncourt pour L’Iconoclaste

Chez Drouant, cela s’est une nouvelle fois joué au 14e tour de scrutin, pour la deuxième année consécutive, avec la voix qui compte double du président Didier Decoin. Les jurés n’ont pas pu se départager entre le roman d’Éric Reinhardt, Sarah, Susanne et l’écrivain (Gallimard) et Veiller sur elle de Jean-Baptiste Andrea (L’Iconoclaste).

C’est finalement ce dernier qui l’a emporté, après avoir obtenu le Prix du roman Fnac en septembre, permettant à sa maison L’Iconoclaste de s’inscrire au palmarès du plus vieux prix littéraire français, huit ans seulement après sa première rentrée littéraire. À ce stade, le roman a dépassé les 100 000 exemplaires vendus, selon GFK.

Neige Sinno, la révélation

La veille, les dames du Femina avaient couronné Neige Sinno pour Triste tigre (P.O.L), révélation de cette rentrée et qui était resté dans les sélections finales des quatre prix pour lesquels le titre était en lice, dont le Goncourt et le Médicis. Très en vue dès la fin août, ce récit autobiographique a également été sacré au Goncourt des lycéens, souvent très prescripteur, ainsi qu’aux prix du Monde et des Inrockuptibles. Il a dépassé selon GFK les 70 000 exemplaires vendus.

Le « big four » couronné

Avec la surprise du prix Renaudot remis à Ann Scott pour Les Insolents (Calmann-Lévy), Hachette place un titre, contre trois l’an dernier au même stade (Décembre, Femina, Renaudot). Le roman, peu en vue jusqu’à son couronnement (moins de 1 000 exemplaires écoulés au 9 novembre) a dépassé les 6 000 ventes depuis, selon GFK. La participation d’Editis dans le groupe Margot qui détient L’Iconoclaste (et les Arènes) permet aux quatre premiers groupes d’édition français d’être récompensés cette année, contre seulement deux (Hachette et Madrigall) l’an dernier.

Ce dernier groupe, qui avait glané trois titres l’an dernier (Goncourt, Roman de l’Académie française et Médicis), en obtient deux cette fois, avec le Grand Prix du roman de l’Académie française remis à Dominique Barbéris pour son roman Une façon d’aimer (Gallimard) et le Femina de Neige Sinno chez P.O.L.

Média-Participations, qui avait placé six titres dans les premières sélections, obtient le doublé Décembre et Médicis. Enfin, comme l’an dernier, le groupe Humensis est récompensé avec cette fois Gaspard Kœnig aux éditions de l’Observatoire, et encore du prix Interallié, remis l’an dernier à Philibert Humm des éditions des Équateurs.

Reste maintenant aux bandeaux des prix d’attirer les acheteurs de livres. L’ensemble des sept titres primés par les grands prix de l’an dernier se sont été écoulés à près d’un million d’exemplaires, dont près de la moitié pour Le Mage du Kremlin de Giuliano da Empoli (Gallimard), récompensé par les académiciens de l’Institut.

 

 

Les dernières
actualités