Edition

"Il aura fallu beaucoup de temps, de fausses routes, mais il y a une conclusion", indique Benjamin Reverdy, l'un des fondateurs des éditions Bouclard. Trois ans après le lancement de la maison avec Thierry Fétiveau et Clément Le Priol, ils publient deux rééditions de l'œuvre de Roger Riffard dans la collection "Récidive".

Près de 40 ans après la mort du chansonnier de la rive Gauche et comédien Roger Riffard, Bouclard fait paraître La grande descente. Le roman, paru en 1954 chez Julliard, explore le milieu du prolétariat du rail. Il raconte l'histoire du cheminot Marcel Cossu, à la suite d'une descente de police. Celui-ci se remémore différents souvenirs, tels que les moments avec le Vieux, qui lui a appris son métier et les joies du braconnage, les souvenirs vécus avec sa fiancée ou avec sa mère.

La maison d'édition publie un second livre de "l'auteur oublié" Roger Riffard, Les jardiniers du bitume. Son héros, Alexis est un ouvrier de la Compagnie nationale des transports accélérés. L'ouvrage raconte sa vie, qui se déroule entre son immeuble de la banlieue parisienne et le café du coin. Bientôt, il ressent une irrépressible envie de fuir sa condition.

Diffusé et distribué par Serendip, l'éditeur veut "mettre en avant des auteurs oubliés" dans un bel objet. La maison a prévu un tirage à 2 000 exemplaires pour les deux ouvrages.
 
Photo BOUCLARD EDITIONS

Bouclard a décidé de remettre au goût du jour des ouvrages des années 1950, dans un papier ivoire haut de gamme conçu par l'entreprise Fedrigoni. Jusque dans les moindres détails, les deux rééditions sont le résultat d'un travail minutieux. Elles bénéficient d'une typographique unique et des couvertures faisant écho aux titres des ouvrages : verte pour les jardiniers du Bitume et le orange rappelant les rames du rail dans La grande descente. 

Des textes oubliés 

En 2017, le journaliste et éditeur Édouard Jacquemoud se lance dans l'idée de republier les ouvrages de l'artiste et auteur. Très vite, le projet tombe à l'eau et l'éditeur laisse de côté ce projet sur cet "intriguant bonhomme" précise-t'il dans la préface de La grande descente. Quelques années plus tard, Édouard Jacquemoud fait la rencontre des trois éditeurs de Bouclard. Ils proposent aux trois amis de lire les deux ouvrages de Roger Riffard. L'équipe "tombe sous le charme" et se lance dans l'aventure. Malgré toute la motivation, les éditeurs sont confrontés à un obstacle inattendu. Après "d'innombrables coups de téléphone", un an de recherche et une importante "détermination", Bouclard finit par trouver l'identité de l'ayant droit, le petit-fils, et peut enfin lancer le projet.

Roger Riffard a vécu de "multiples vies" selon l'éditeur Benjamin Reverdy. Après une carrière de cheminot à la SNCF, l'homme se tourne vers la littérature puis se consacre à la chanson. Il fait la rencontre de George Brassens et d'Anne Sylvestre. Enfin, il termine sa route en tant que comédien, donnant la réplique aux têtes d'affiche du 7e art, Louis De Funès, Bertrand Blier, ou encore Gérard Depardieu. 


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités