Couronnement

Chris Ware, Grand prix de la Ville d'Angoulême 2021

Chris Ware

Chris Ware, Grand prix de la Ville d'Angoulême 2021

L'auteur et dessinateur américain remporte le plus prestigieux prix de la bande dessinée, dévoilé le 23 juin.

Par Vincy Thomas,
Créé le 23.06.2021 à 09h46,
Mis à jour le 23.06.2021 à 23h03

La quatrième nomination consécutive aura été la bonne. Chris Ware remporte le Grand prix de la ville d'Angoulême 2021, face à Catherine Meurisse et Pénélope Bagieu.

Le Festival International de Bande Dessinée souligne que l'auteur et dessinateur américain "s’attache toujours à regarder au microscope le quotidien de ses personnages et leurs gestes les plus dérisoires" et salue "la force et la densité de cette œuvre [qui] n’ont jamais échappé à la critique". Il était présent dans la Sélection Officielle du FIBD 2021 avec Rusty Brown, paru chez Delcourt en 2020.

Le dessinateur est né à Omaha, dans les plaines du Midwest, aux Etats-Unis, dans une famille de journalistes et d'éditeurs de presse. Son grand-père se rêvait dessinateur avant de devenir journaliste et éditeur au Omaha World-Herald où il s'occupait des cartoons et comics. A ses débuts, il développe ses premiers personnages, Quimby the Mouse et Jimmy Corrigan.
 
Jimmy Corrigan de Chris Ware


Découvert par Art Spiegelman, qui le publie dans la revue RAW, Chris Ware, 53 ans, commence à façonner son univers au début des années 1990 avec le début de la publication de sa série Acme Novelty, une "vraie-fausse revue à la forme et à la pagination changeante" qui deviendra sa principale occupation.

En 2000, son album Jimmy Corrigan l'impose parmi les grands de son art. Il reçoit à Angoulême le prix Alph'Art du meilleur album et le Prix ACBD de la critique en 2003, mais c'est aussi la seule bande dessinée qui est distinguée le Guardian First Book Award en 2001.
 
Rusty Brown de Chris Ware


S'affranchissant des stéréotypes de la BD conventionnelle, les ouvrages de Chris Ware se démarquent par leur timidité et par le soin apporté au dessin, façonnant au fil des ans une œuvre intimiste et mélancolique, avec des personnages tristes et un humour caustique. La filiation et la transmission traversent ses récits, dans des livres objets, où le graphisme et la typographie sont clairs, précis et étudiés, et la construction narrative toujours plus complexe, multipliant les cases et désordonnant la logique de lecture.

Chacun de ses titres suscite les louanges de la critique, ce qui lui permet de recevoir 28 Harvey Awards et 22 Eisner Awards. Il avait également reçu en 2015 le prix spécial du jury du FIBD pour Building stories (Delcourt, 2014).  Il a été couronné par le prix Inkpot du Comic-Con de San Diego pour l'ensemble de sa carrière en 2019.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités