Bande dessinée

Les trois finalistes du Grand prix d'Angoulême 2021

Catherine Meurisse - Photo DR

Les trois finalistes du Grand prix d'Angoulême 2021

Le Grand prix de la ville d'Angoulême, décerné dans le cadre du Festival international de la bande dessinée, sera dévoilé le 23 juin.

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 03.06.2021 à 17h08,
Mis à jour le 03.06.2021 à 17h20

Le Festival international de la BD d’Angoulême a dévoilé, jeudi 3 juin, les noms des trois personnalités en lice pour remporter le Grand prix de la ville d’Angoulême, la plus haute distinction pour un auteur de bande dessinée.

A l’issue du premier tour, entre le 27 mai au 1er juin, les auteurs ont désigné Pénélope Bagieu, Catherine Meurisse et Chris Ware. Catherine Meurisse fait la passe de deux puisqu'il s'agit de la deuxième nomination consécutive pour l'auteure et dessinatrice, tandis que Chris Ware revient pour une quatrième nomination consécutive, déjà en lice en 2018, 2019 et 2020. Le lauréat succédera au français Emmanuel Guibert (La fille du professeur, Le Photographe).

Par ailleurs, le FIBD, dans un souci de transparence, a évoqué le choix d'un "vote protestataire (qui ne pouvait être comptabilisé, dès lors qu’il ne se portait pas sur une autrice ou un auteur de bande dessinée) dans le but d’attirer de nouveau l’attention des pouvoirs publics sur les conditions dans lesquelles les autrices et auteurs exercent leur profession.

Nouvelle venue dans cette finale, la dessinatrice Pénélope Bagieu découvre l'art après des études à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, puis au Central Saint Martins College of Art and Design de Londres. Durant ses deux expériences, elle réalise un court métrage d’animation, Fini de rire, qui lui vaudra plusieurs nominations dans des festivals. En 2007, la jeune femme lance un blog dessiné Ma vie est tout à fait fascinante, dans lequel elle raconte la vie quotidienne de Pénélope Jolicoeur. Dans ses ouvrages, Pénélope Bagieu s'intéresse de près aux destins de femmes, comme dans Joséphine, Cadavre exquis (Prix SNCF à Angoulême). Mais la dessinatrice aime découvrir d'autres genres. Elle publie en 2015 California Dreamin’ (Gallimard), une biographie consacrée à Cass Elliot, chanteuse du groupe The Mamas and the Papas. Pénélope Bagieu sort la série Culottées, retracant les parcours de trente femmes. L'oeuvre lui permettra de recevoir le prix Eisner au Comic-Con de San Diego pour la meilleure édition américaine d'une œuvre internationale. En 2020, elle adapte Sacrées Sorcières (Gallimard) de Roald Dahl pour la jeunesse, véritable succès en librairie. 
 
Photo SIMONÉ EUSEBIO/CC BY-SA 4.0


Pour la quatrième nomination consécutive, Chris Ware fait son retour dans la sélection du Grand prix de la ville d’Angoulême. Le dessinateur est né à Omaha, aux Etats-Unis. D’abord publié dans la revue RAW, il commence à façonner son univers au début des années 1990 avec le début de la publication de sa série Acme Novelty, une "vraie-fausse revue à la forme et à la pagination changeante" qui deviendra sa principale occupation. Les ouvrages de Chris Ware se démarquent par leur timidité et par le soin apporté au dessin. Chacun de ses titres suscite les louanges de la critique, ce qui lui permet de recevoir 28 Harvey Awards et 22 Eisner Awards. Il avait également reçu en 2015 le prix spécial du jury du FIBD pour Building stories (Delcourt, 2014). 

Diplomée des Arts Déco, Catherine Meurisse commence sa carrière à Charlie Hebdo en 2005, où elle découvre la bande dessinée d’humour. Elle développe un trait et un univers singulier inspiré de l’histoire de l’art et de la littérature française, qu’elle partage dans plusieurs albums, Mes hommes de lettres, Le pont des Arts ou encore Moderne Olympia (Futuropolis). Après l’attentat du 7 janvier 2015 au siège de l'hebdomadaire satirique, Catherine Meurisse commence à esquisser une œuvre plus introspective, dans laquelle elle se met en scène, en commençant par La légèreté (Dargaud). Dans son récit autobiographique, Les grands espaces (Dargaud), elle revient sur son enfance à la campagne, où, elle mêle la littérature à l’art. En 2020, Catherine Meurisse est élue à l’Académie des Beaux-arts, devenant la première femme, depuis le XVIIIe siècle, à intégrer la section Peinture de cette institution. Elle sera la présidente du grand prix Livres hebdo des bibliothèques 2021.

Le lauréat du Grand prix de la ville d'Angoulême 2021 sera proclamé le 23 juin à l'issue du second tour prévu du 8 au 14 juin.  Depuissa création en 1985, seule une femme a remporté ce prix, Florence Cestac en 2000.



 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités