Librairie

Classement 2016 : les 400 premières librairies françaises

Dans la librairie Gibert Joseph boulevard Saint-Michel, à Paris - Photo OLIVIER DION

Classement 2016 : les 400 premières librairies françaises

Enrichi d’une trentaine de nouvelles entrées, notre classement annuel des plus importantes librairies françaises et des chaînes rend compte d’un rééquilibrage du commerce du livre en 2015, après les bouleversements qu’a connus le secteur en 2013 et en 2014.

J’achète l’article 4.5 €

Par Clarisse Normand,
Créé le 20.05.2016 à 00h00,
Mis à jour le 20.05.2016 à 11h44

Pour la première fois depuis six ans, un changement intervient dans le trio de tête du classement annuel Livres Hebdo des 400 premières librairies françaises, réalisé pour l’essentiel sur la base des bilans 2015 (voir l'article "Méthodologie"). La libraire bordelaise Mollat ravit la deuxième place du palmarès à Gibert Jeune, qui l’occupait avec ses magasins du Quartier latin depuis 2007. Mollat s’intercale ainsi entre les deux enseignes parisiennes Gibert Joseph (dans le 6e), qui confirme sa place de leader, et Gibert Jeune (dans le 5e). Affichant une baisse de 7 % de son chiffre d’affaires, l’enseigne de la place Saint-Michel explique avoir pâti de la fin des travaux de réorganisation de son offre achevée en avril 2015, des effets des attentats de Charlie Hebdo qui ont entraîné une baisse de fréquentation particulièrement sensible dans ce quartier et, de manière plus structurelle, de l’érosion des rayons savoirs sur lesquels elle est encore très présente malgré une réorientation vers l’offre grand public.

Autre fait marquant survenu dans le haut du classement, Gibert Joseph a, pour 2015, décomposé son chiffre d’affaires parisien entre ses trois établissements situés dans les 6e, 13e et 18e arrondissements. Cela n’empêche pas l’enseigne de dominer le classement avec sa seule unité du boulevard Saint-Michel, mais elle se place aussi au 77e rang avec le magasin de Barbès et au 118e avec celui proche du site Tolbiac de la BNF.

Deux Gallimard

Deux librairies du groupe Madrigall, qui ont accepté cette année de communiquer leurs chiffres, Kléber à Strasbourg (7e) et Hall du livre à Nancy (14e), rejoignent par ailleurs le classement. Il ne manque plus désormais, pour parachever ce top des librairies, que Dialogues à Brest, Decitre à Lyon, les espaces culturels Leclerc de Pau, de Saint-Herblain (Atlantis) et de Nantes (Paridis), et bien sûr les grandes Fnac parisiennes, dont celles du Forum des Halles et de Montparnasse.

Mais ce classement 2016 montre surtout la relance des anciens magasins Chapitre qui n’ont pas disparu. Leur retour à l’indépendance a souvent eu lieu en 2014 dans des conditions difficiles, avec d’importants reculs d’activité. Or Les Volcans, à Clermont-Ferrand, remonte du 94e au 26e rang. De manière moins spectaculaire, les établissements repris par Albin Michel retrouvent aussi le chemin de la croissance, comme la Librairie nouvelle d’Orléans (78e), la librairie du Mau à Châlons-en-Champagne (155e) et la librairie Albin Michel à Paris, profondément rénovée en 2014 (216e). Il en va de même pour Cosmopolite à Angoulême (76e), Forum à Saint-Etienne (151e), Ruc à Colmar (166e), Nouvelle Librairie Baume à Montélimar (169e) ou encore Masséna à Antibes (255e).

Ayant racheté en 2015 L’Arbre à lettres Bastille, à Paris (111e), et nous ayant communiqué les chiffres de ses 7 librairies, Actes Sud renforce son poids dans notre classement, avec 4 établissements présents. Outre Maupetit à Marseille (47e) et Actes Sud à Arles (184e), y figure pour la première fois la librairie du Parc à la Villette, à Paris (354e). En revanche, celle du Channel à Calais (401e) en est exclue à une place près.

Enrichi des données apportées par d’autres librairies indépendantes, notre palmarès fait apparaître plus d’une trentaine de nouvelles entrées dont Garin à Chambéry (128e), Agora à Nogent-sur-Marne (182e), les librairies Glénat à Lyon (202e) et à Grenoble (382e), La Cour des grands-Le Préau à Metz (223e), Lacoste à Mont-de-Marsan (242e), Attitude à Lavaur (291e), Lavocat à Paris (295e) ou encore Les Vraies Richesses à Juvisy-sur-Orge (393e). En tant qu’indépendants, certains espaces culturels Leclerc nous ont aussi pour la première fois communiqué leurs chiffres, parmi lesquels ceux de Montceau-les-Mines (144e), de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (217e) et de Guéret (288e).

Notre classement témoigne également de la montée en puissance de jeunes magasins comme Charlemagne à La Valette, qui passe de la 224e à la 156e place, ou encore Furet du nord à Tremblay-en-France (150e) et à Dunkerque (84e), où l’enseigne a en outre bénéficié de la fermeture de Majuscule.

Profitant de leur dynamisme, certaines libraires se démarquent elles aussi par leurs belles progressions. C’est le cas de Larcelet à Saint-Dizier (203e), qui a bénéficié d’une très bonne activité hors les murs, de Lavigne à Montbrison (236e), de Quai des mots à Epinal (259e), de l’espace culturel Leclerc d’Estancarbon-Saint-Gaudens (261e) qui a doublé sa surface, de la Librairie de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême (299e) ou encore de La Voie aux chapitres à Lyon, qui entre pour la première fois dans notre palmarès (396e).

Scolaires et musées à la peine

L’année écoulée ne se solde pas que par des bonnes performances. Elle aura été difficile pour la plupart des librairies présentes dans le scolaire, dont Cufay (9e) et EMLS (18e), pénalisées par l’absence de réforme, mais aussi, du fait des attentats, pour les librairies de musées à Paris, au premier rang desquelles celles de la RMN au Grand Palais (25e), au Louvre, (33e), au château de Versailles (158e) et au Quai Branly (189e), ainsi que celle de Flammarion au Centre Pompidou de Paris (53e).

D’autres, plus généralistes, ont fait face à la perte de marchés publics, comme Torcatis à Perpignan (152e) ou encore La Marge à Ajaccio (265e), qui a de plus été pénalisée par l’arrivée d’une Fnac. De manière plus radicale encore, la prestigieuse Hune, à Paris (112e dans notre précédent classement), fermée en juin 2015, a définitivement disparu cette année. Mais, reflétant la vie de la profession, notre palmarès devrait à l’inverse enregistrer dès l’an prochain l’arrivée de deux grands points de vente ouverts fin 2015-début 2016 : L’Intranquille à Besançon et Le Forum arts & livres à Mouans-Sartoux.

Chaînes : Cultura devient numéro 3

Notre palmarès des chaînes montre la montée en puissance de Cultura et l’expansion des éditeurs comme propriétaires de librairies.

Toujours numéro un des chaînes dans le secteur du livre, la Fnac a accepté cette année de révéler pour notre palmarès son chiffre d’affaires livre réalisé en 2015 en France, soit 529 millions d’euros (y compris Fnac.com).

Numéro deux depuis l’an dernier, le groupement d’indépendants Espace culturel E. Leclerc est talonné de près par Cultura qui gagne une place et grimpe au troisième rang avec ses 67 points de vente. La jeune enseigne vient ainsi devancer Actissia qui, au terme d’une période chahutée avec la vente ou la fermeture de ses librairies Chapitre et son rachat en 2015 par l’entrepreneur Adrian Diaconu, recule à la quatrième place.

Editeurs libraires

Notre classement 2015 confirme également la place prise par les éditeurs comme propriétaires de librairies. Il en va ainsi d’Albin Michel, qui a profité l’an passé de la relance des établissements qu’il a rachetés en 2014 à Chapitre, ou encore de Madrigall, qui a pourtant fermé, mi-2015, La Hune à Paris. Enfin, Actes Sud, qui a étoffé son réseau avec la reprise en 2015 de L’Arbre à lettres Bastille à Paris, progresse de deux rangs, passant devant l’enseigne provençale Charlemagne et les librairies Chantelivre.

Autre changement notable et surtout définitif : les disparitions du réseau parisien L’Arbre à lettres dont tous les établissements ont désormais fait l’objet de cessions individuelles, et du réseau Ducher dans l’est de la France qui a, à la suite de son redressement judiciaire, fermé toutes ses librairies à l’exception de Rimbaud à Charleville-Mézières, qui a été repris.

Méthodologie

Classement des librairies

Ce classement est établi sur la base du chiffre d’affaires hors taxes, réalisé par chaque librairie dans la vente de livres (hors papeterie, disques…). Livres Hebdo a envoyé un questionnaire détaillé à 1 000 librairies françaises, sélectionnées à partir de la nomenclature APE (code 4761Z), afin de collecter les informations nécessaires à leur classement. Pour les librairies qui n’ont pas répondu, les informations financières ont été recueillies auprès des greffes des tribunaux de commerce. Une sélection a ensuite été effectuée par la rédaction afin de ne conserver que les entreprises dont l’activité est consacrée pour une part significative à la vente de livres. Pour les sociétés dont les chiffres proviennent des greffes des tribunaux, seules celles pour lesquelles nous avons pu estimer la part du chiffre d’affaires réalisée avec le livre ont été retenues. Le CA mentionné est celui du dernier exercice, 2015, ou 2014-2015 pour les librairies qui arrêtent leur exercice en cours d’année, voire 2015-2016.

Classement des chaînes

Livres Hebdo présente également un classement des chaînes de librairies sur les mêmes critères que précédemment (CA hors taxes dans la vente de livres). Ce classement a été réalisé à partir d’un questionnaire envoyé à chaque groupe. Certains n’ont pas souhaité répondre, mais pour les plus importants d’entre eux nous avons pu estimer leur CA livre. Les CA retenus pour le classement concernent l’exercice 2015.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités