Décès de la traductrice Véronique Lossky, spécialiste de la littérature russe | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, avec AFP, Russia Beyond, le 22.03.2018 à 13h09 (mis à jour le 22.03.2018 à 14h00) Disparition

Décès de la traductrice Véronique Lossky, spécialiste de la littérature russe

Véronique Lossky, en 2016, lors des Journées européennes du livre russe - Photo CAPTURE ÉCRAN YOUTUBE

Reconnue pour sa traduction des œuvres poétiques de Marina Tsvetaïeva, Véronique Lossky est décédée le 17 mars à l'âge de 87 ans.

Considérée comme l'une des personnalités les plus importantes du monde littéraire franco-russe, la traductrice Véronique Lossky est décédée à l'âge de 87 ans le 17 mars. "C'est une triste nouvelle et pour nous un moment très douloureux. Véronique Lossky était une traductrice merveilleuse et une femme encore plus merveilleuse", a confié à l'AFP Olimpia Verger, son éditrice aux éditions des Syrtes.
 
Née en 1931 à Paris sous le nom de Véronique Youdine-Belsky, Véronique Lossky est issue d'une famille d'immigrés russes de la première vague. Diplômée de la Sorbonne et de l'Université d'Oxford en littérature russe classique et contemporaine mais aussi en histoire slave, elle était professeur à la Sorbonne et à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris.
 
Au cœur de ses travaux se trouve la grande poétesse russe Marina Tsvetaïeva (1892-1941), avec notamment la traduction de Poésie lyrique (1912-1941), un recueil bilingue de plus de 1 500 pages publié en deux volumes aux éditions des Syrtes en 2015. Un travail "réputé comme infaisable", confie à Russia Beyond François Deweer, gérant de la Librairie du Globe, estimant qu'elle "s'en est très bien sortie". Un avis partagé par Jean-Claude Perrier qui louait, dans son avant-critique publiée dans Livres Hebdo n°1059 du 23 octobre 2015, "un chef-d’œuvre de traduction", "une belle réalisation éditoriale, fruit d’années d’efforts, au service du patrimoine littéraire mondial".

Outre de nombreuses autres traductions, Véronique Lossky a aussi coordonné la publication, au Seuil, en 2009 et 2011, des deux volumes de la Prose autobiographique de Marina Tsvetaïeva, et publié de nombreux articles consacrés à la poétesse russe Anna Akhmatova, l'émigration russe ou la place des femmes dans l’Église orthodoxe.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre