Disparition

Décès de l’autrice Agnès Laroche

L'autrice jeunesse Agnès Laroche rencontrait toujours ses lecteurs, à l'occasion de salons ou d'animations en classe d'enseignement - Photo Rageot éditions

Décès de l’autrice Agnès Laroche

L’autrice de jeunesse Agnès Laroche est décédée samedi 11 février, à l’âge de 57 ans.

J’achète l’article 1.5 €

Par Elodie Carreira,
Créé le 14.02.2023 à 17h44

« Agnès avait l’art de changer d’univers, d’écriture, de genre littéraire, de tranche d’âge », dit-on à la maison d’édition Rageot qui la publiait depuis 2009. Autrice de nombreuses fictions diffusées sur Radio France et surtout de romans jeunesse, Agnès Laroche s’est éteinte samedi 11 février à l’âge de 57 ans, des suites d’une longue maladie.

Après 20 ans dans le milieu de l’insertion professionnelle, Agnès Laroche avait publié un premier ouvrage, Tim sans-dragon (Oskar, 2012), à l’âge de 43 ans. Vendu à 10 000 exemplaires dès la première année et couronné par de nombreux prix jeunesse, le titre avait été suivi en une décennie de 40 ouvrages et de nombreux succès.

Un talent discret

« Agnès était quelqu’un de très secret, très réservé sur son travail. Elle ne voulait jamais montrer ses manuscrits avant de les avoir terminés », raconte amusée Murielle Couëslan, directrice des éditions Rageot. Une réserve dissimulant une personnalité « très talentueuse », qui faisait toujours « l’unanimité en comité de lecture ».

Capable de passer du roman psychologique (La drôle de vie d’Archie, Rageot, 2009) au polar ado (Le fantôme de Sarah Fisher, Rageot, 2011) et même à la BD (avec La brigade des cauchemars, vol 2. Rageot,  2023, adaptation de l'ouvrage éponyme de Franck Thilliez), l’autrice se caractérisait, d’après Murielle Couëslan, par une « écriture à l’os » mais « à la portée de tous les enfants, plus ou moins bons lecteurs ». En 2017, Agnès Laroche confiait d’ailleurs à La Charente Libre qu’elle n’avait pas « d’idées pour les adultes », s’épanouissant exclusivement dans la littérature jeunesse, domaine dans lequel elle estimait pouvoir « tout faire ».

Au total, Agnès Laroche aura écoulé 100 000 exemplaires de son œuvre complète, traduite en plusieurs langues dont le russe et le chinois, remportant notamment à quatre reprises le prix des Incorruptibles chez les petits ainsi que le prix Mon ami, attribué pour Le fantôme de Sarah Fischer (2015).

Son dernier ouvrage, Bienvenue chez les Bouledepoils paraîtra à titre posthume chez Rageot, le 10 mai prochain. Une forme d’hommage de la maison, à « une autrice importante à notre catalogue et chère à nos cœurs ».

Les dernières
actualités