Décès de l’écrivain Alain Casabona | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, avec AFP, le 19.05.2017 à 11h21 (mis à jour le 19.05.2017 à 12h00) Disparition

Décès de l’écrivain Alain Casabona

Alain Casabona - Photo COPIE D'ÉCRAN/URBARTGROUPEIGS

L’écrivain Alain Casabona, "grand chancelier" de l’académie Alphonse-Allais, est mort mardi 16 mai à l’âge de 66 ans.

Le "grand chancelier" de l’académie Alphonse-Allais et écrivain Alain Casabona est décédé à son domicile à l’âge de 66 ans, le 16 mai, a annoncé à l’AFP le comédien Francis Perrin, également membre de ce cénacle de l’humour qui décerne chaque année un prix littéraire.
 
Né le 29 septembre 1950, Alain Casabona commence une carrière de pianiste concertiste qui s’interrompt suite à un accident de la circulation. Il enseigne ensuite la musique dans des établissements parisiens. En 1989, il travaille à la mairie de Paris en tant que chargé de mission à la direction des affaires culturelles. Alain Casabona, très impliqué dans la défense de l’enseignement artistique, est aussi délégué général du Comité national pour l’éducation artistique (CNEA).
 
Alain Casabona publie un recueil de satires et pamphlets en 1994, intitulé Histoire à dormir Dubout: espèces d’en mer (Rocher, réédité en 2012), suivi de trois romans, L’éventail de Saturne (Calmann-Lévy, 2010), Le dernier lion de Castelnau (Calmann-Lévy, 2011, réédité à la Loupe en 2012) et Faust: juste une p’tite dent… (Coryphène, 2016), et enfin, une pièce de théâtre: C’est ici: pièce en cinq tableaux (Triartis, 2012).
 
En 1996, il devient "grand chancelier" de l'académie Alphonse-Allais, fondée en 1954, à l'occasion du centenaire de la naissance d'Alphonse Allais, auteur notamment de Deux et deux font cinq (Ollendorff, 1895). Cette académie iconoclaste décerne chaque année un prix Alphonse Allais. Alain Casabona est nommé, en 2005, secrétaire général du Haut conseil de l’éducation artistique et culture.
close

S’abonner à #La Lettre