Disparition

L’écrivain suisse Philippe Rahmy s’est éteint à l’âge de 52 ans, dimanche 1er octobre. Le Lausannois était atteint de la maladie des os de verre qui se caractérise par une fragilité extrême des os. Il avait raconté sa maladie dans Béton armé: portrait de l'artiste en costume de ville (La Table ronde, 2013), qui avait été distingué par une mention spéciale du Prix Wepler. 

Le dernier récit de Philippe Rahmy, Monarques, a été édité le 31 août par La Table ronde.
 


"Nous sommes bouleversés, traversés par une tristesse qui est à l'aune de la joie de vivre et d'écrire qu'il nous a transmise depuis tant d'années. Merci, à toi, Philippe", ont déploré de son côté les Editions d'en bas dans un communiqué cité par le quotidien suisse Le Temps.
 
Né le 5 juin 1965 à Genève, Philippe Rahmy découvre la poésie pendant son adolescence. Après un master de littérature et de philosophie à l’Université de Lausanne, il rejoint le comité de rédaction de Remue.net, une revue de littérature contemporaine en ligne.

En 2005 et 2007, Cheyne édite ses deux premiers recueils de poésie, Mouvement par la fin, récompensé du prix des Charmettes/Jean-Jacques Rousseau en 2006, et Demeure le corps, dans lesquels Philippe Rahmy livre une œuvre axée sur la douleur et le rapport au corps.
 
En février dernier, Philippe Rahmy avait reçu le Prix suisse de littérature, décerné par l’Office fédéral de la culture, pour son premier roman Allegra (La Table ronde, 2016). Ce premier roman a également été sélectionné parmi les 5 coup de cœur ce la SGDL et pour le Grand prix RTL-Lire 2016. Il a aussi été le lauréat du prix Eugène-Rambert 2016. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités