Décès de l’écrivaine et psychanalyste Marie Depussé | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 18.08.2017 à 17h28 (mis à jour le 18.08.2017 à 18h00) Disparition

Décès de l’écrivaine et psychanalyste Marie Depussé

Marie Depussé - Photo DR/POL

L’auteure est décédée à l’âge de 81 ans le 15 août.

"Les éditions P.O.L. ont la tristesse d’annoncer la mort de Marie Depussé, écrivain, le 15 août à Blois", a annoncé la maison sur Twitter le 17 août. L’auteure était âgée de 81 ans.
  Née le 31 décembre 1935, Marie Depussé est agrégée de lettres classiques. Assistante au collège universitaire Mount Holyoke (Massachussetts, Etats-Unis) puis à l’université Howard (Illinois, Etats-Unis), elle devient professeure de littérature à la Sorbonne, puis à celle de Jussieu. Elle pratique également un enseignement en milieu carcéral et travaille à la clinique psychiatrique de La Borde et à Paris comme psychanalyste.
 
En 1993, elle publie chez P.O.L. son premier essai Dieu gît dans les détails: La Borde, un asile, réédité en 2014. Au sein de la même maison, l’ouvrage est suivi de deux romans, Est-ce qu’on meurt de ça (1996) et La nuit tombe quand elle veut (2011), d’un recueil de nouvelles Là où le soleil se tait (1998), d’un second essai sur son métier de professeur (Qu’est-ce qu’on garde?, 2000). Elle rédige également un essai sur Samuel Beckett pour Hermann, Beckett: corps à corps (2007) dans lequel elle présente l’œuvre de l’auteur irlandais.
 
Sœur de l’acteur, journaliste et essayiste Jean Depussé, décédé en 2006, Marie Depussé consigne, dans Les morts ne savent rien (P.O.L., 2006), la chronique douloureuse et pudique des derniers mois de la vie de son frère. Un récit dans lequel l'auteure "se tient dans ce livre comme elle se tenait dans sa chambre quand elle venait rendre visite à cette âme frère", note Véronique Rossignol dans son avant-critique du 30 septembre 2011.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre