Disparition

Le mathématicien, chercheur et universitaire français Remi Brissiaud, qui avait notamment fondé la collection de mathématiques « J’apprends les maths », est décédé vendredi 27 novembre à l'âge de 71 ans, a annoncé dimanche les éditions Retz.
 
Avec une vie conjuguée autour de la psychologie et des mathématiques, le parisien de naissance « à chercher à comprendre les mécanismes cognitifs en jeu dans les premiers apprentissages mathématiques et à inventer et perfectionner les techniques les plus efficientes pour enseigner les mathématiques à l’école primaire » souligne l'éditeur. En 1989, l’amoureux du calcul publie un essai tiré de sa thèse Comment les enfants apprennent à calculer : au-delà̀ de Piaget et de la théorie des ensembles (Retz), réédité en 2002 dans une version augmentée.
 
En collaboration avec André Ouzoulias, ils créent la collection « J’apprends les maths avec Picbille ». Dès sa première édition en 1991, la collection s’impose dans les écoles élémentaires françaises par sa « rigueur conceptuelle et sa facilité de mise en œuvre ». A partir du personnage Picbille, les auteurs proposent une approche originale des nombres à partir de leurs décompositions mathématiques. Il développe également une nouvelle approche pédagogique pour l’apprentissage des mathématiques, Les Noums.
 
Rémi Brissiaud a enseigné les mathématiques dans un lycée du Val d’Oise. Il était également maître de conférences en psychologie, d’abord à Versailles, puis à l'ecole supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) de Cergy-Pontoise. Docteur en psychologie, il est l’un des rares chercheurs français à publier à la fois dans des revues de psychologie et de didactique des mathématiques.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités