Décès du psychanalyste Michel de M'Uzan | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 10.01.2018 à 15h17 (mis à jour le 10.01.2018 à 16h00) Disparition

Décès du psychanalyste Michel de M'Uzan

Michel de M’Uzan en 2000. - Photo COPIE D'ÉCRAN/SPP.ASSO

Neuropsychiatre et psychanalyste, Michel de M'Uzan, ancien directeur de la Revue française de psychanalyse et codirecteur de collection aux PUF, auteur de plusieurs ouvrages, est mort à l'âge de 97 ans.

Psychanalyste, écrivain et directeur de collection et de revue, Michel de M’Uzan est mort le 7 janvier à l’âge de 97 ans.
 
Michel de M’Uzan avait été membre de la Société psychanalytique de Paris jusqu’en 2008. Neuropsychiatre, psychomaticien, directeur de l’Institut de psychanalyse de Paris entre 1969 et 1971, membre fondateur de l’Institut de psychosomatique en 1972, il avait également été codirecteur de la Revue française de psychanalyse durant les années 1970 et codirecteur de la collection Le fil rouge aux PUF depuis 1972. Chez cet éditeur, dans la collection Petite bibliothèque de psychanalyse, il avait publié La chimère des inconscients, synthèse d’un débat avec plusieurs contributeurs (Jacques André, Maurizio Balsamo, Françoise Cloblence, Jacques Press, Laurence Kahn et Dominique Scarfone).
 
Spécialisé dans les troubles et la construction de l’identité, mais aussi les problématiques de la création, l’analyse du masochisme, et le travail du deuil, il laisse une œuvre essentielle dans son domaine. Il avait fait sa thèse sur Franz Kafka à la sortie de la Seconde Guerre mondiale.
 
Son dernier ouvrage, L’inquiétude permanente, est paru en septembre 2015 chez Gallimard dans la collection "Connaissance de l’inconscient". L’éditeur a réédité en décembre dernier, en version numérique, l’un de ses premiers livres, Le rire et la poussière, paru en collection "Blanche" en 1962. Toujours chez Gallimard, on peut trouver De l’art à la mort: itinéraire psychanalytique, La bouche de l’inconscient et Aux confins de l’identité
close

S’abonner à #La Lettre