Données personnelles et surveillance de masse à l'étude | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, le 17.01.2018 à 12h19 (mis à jour le 17.01.2018 à 13h00) Bibliothèque

Données personnelles et surveillance de masse à l'étude

L’Association des bibliothécaires de France organise lundi 29 janvier à la Bulac, à Paris, une journée d’étude sur la place des bibliothèques dans le contexte actuel de la surveillance généralisée des données.

Que ce soit pour des raisons politiques ou économiques, les données personnelles font de plus en plus l’objet d’une surveillance généralisée de la part des gouvernements et des géants du web. Quel est l’impact de ce nouveau contexte sur l’activité des bibliothèques? L’Association des bibliothécaires de France (ABF) propose de faire le point sur cette question encore peu abordée, lundi 29 janvier à la Bulac (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations), à Paris.
 
Cette journée d’étude rassemblera des professionnels des bibliothèques, mais également des spécialistes de la sécurité des données et des questions de surveillance.
 
Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) dévoilera les méthodes de travail et les besoins des renseignements en matière de surveillance de masse. Tristan Nitot, fondateur de l’association Mozilla Europe, exposera quant à lui les alternatives face à cette surveillance de masse.
 
Les interventions de l’après-midi étudieront en détail les obligations et le rôle des bibliothèques, avec notamment Arthur Messaud, de la Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, Thomas Fourmeux et Chloé Lailic, membres de la commission Stratégie numérique de l’ABF.
 
L’objectif de cette rencontre est de sensibiliser les bibliothécaires à ce nouveau contexte global, de faire le point sur les lois et obligations qui incombent aux établissements publics et aux collectivités, d'identifier des moyens de lutte contre la censure ou pour garantir la vie privée des usagers.
 
La journée sera clôturée par la projection suivie d’un débat du documentaire Nothing to hide de Marc Meillassoux et Mihaela Gladovic, dans lequel les réalisateurs ont fait l’expérience de la surveillance à laquelle sont soumis les citoyens en hackant le téléphone portable et l’ordinateur d’un jeune artiste "n’ayant rien à cacher".
close

S’abonner à #La Lettre