Essais et documents de l'hiver

Dossier essais et documents de l'hiver : l'homme dans son environnement

Manifestation des « Gilets jaunes » à Tours le 2 février 2019. - Photo GRAND CELINIEN CC-BY-SA-3.0

Dossier essais et documents de l'hiver : l'homme dans son environnement

Le programme d'essais et documents à paraître au début de 2020 témoigne d'un questionnement renouvelé sur les relations de l'homme à son environnement et d'inquiétudes grandissantes sur la pérennité du système démocratique.

J’achète l’article 9 €

Par Hervé Hugueny,
Créé le 13.12.2019 à 00h00,
Mis à jour le 18.12.2019 à 17h00

Algérie, climat-environnement, démocratie, féminisme, gilets jaunes, maires et vie municipale, pauvreté... : c'est, dans l'ordre alphabétique, un échantillon des thèmes toujours éclectiques de 215 essais et documents que nous avons sélectionnés dans la production de titres à paraître en janvier et février 2020. Parmi leurs auteurs, plusieurs particulièrement reconnus dont Jacques Attali ou Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Jack Lang, Michel Onfray, Lilian Thuram (voir encadré p. 98) ont leur place assurée sur les plateaux de télévision et dans la liste des meilleures ventes.

Manifestation le 29 mars 2019 à Alger pour réclamer le départ d'Abdelaziz Bouteflika et du régime en place. - Photo ABDELFATAH CEZAYIRLI/DOMAINE PUBLIC

Des ventes dynamiques

Selon Electre data services (1) interrogée fin novembre, les éditeurs ont programmé 1565 titres dans les catégories documents, enquêtes-investigation, témoignages, essais, pour les deux premiers mois de 2020, soit une baisse de 7 % par rapport à la même période cette année, qui était elle-même en repli comparée à 2018. « Le marché sera difficile à partir de février, avec l'intensification de la campagne des élections municipales qui risque d'être très tendue. Nous avons reporté plusieurs projets au printemps », explique Muriel Beyer, directrice générale adjointe d'Humensis et fondatrice des éditions de l'Observatoire, qui a édité plusieurs best-sellers en essais et documents depuis son lancement en 2018. « Les essais dépendent toujours beaucoup de la place que leur accordent les médias, et leur attention est ailleurs en période électorale », ajoute Henri Trubert, cogérant des Liens qui libèrent, qui a décidé de ne rien changer à son programme.

La marche du 24 novembre 2018 contre les violences faites aux femmes. - Photo PAULINE LEDUC/LH

Le chiffre d'affaires de l'édition d'essais et de documents s'est pourtant inscrit , en 2018, en hausse de 6,1 % à 106 millions d'euros selon le rapport statistique du Syndicat national de l'édition, affichant une des plus fortes progressions de l'année. Et au 3e trimestre 2019, ses ventes au détail suivaient le mouvement général de hausse amorcé depuis l'été, avec une progression de 3,5 %, exactement dans la moyenne globaled'après nos données Livres Hebdo/Xerfi/I+C.

Cyril Dion et Juliette Binoche lors de la marche pour le climat à Paris le 8 décembre 2018. - Photo OLIVIER DION

Les essais et documents ne représentent toutefois que 4,2 % du chiffre d'affaires de l'édition selon le SNE et ne s'installent pas dans le fonds, sauf exception. A cet égard, Sapiens, de Yuval Noah Harari (Albin Michel) devient un record absolu, vissé dans le tableau des meilleures ventes Livres Hebdo/GFK depuis trois ans (220e semaine !), rarement en dessous de la 20e place. Car le succès, lorsqu'il arrive, se caractérise plutôt par sa brièveté. Il booste le chiffre d'affaires de l'éditeur qui a su créer l'événement autour de son livre, mais tout est toujours à recommencer, en général sans prolongation possible en poche, ni perspective de vente de droits à l'étranger, sauf dans quelques cas de non-fiction narrative, à la charnière du document et du récit littéraire.

Interrogations sur la démocratie

Heureusement, l'état du monde fournit une inépuisable matière éditoriale, entre des sujets aux variantes innombrables et quelques nouveautés, révélatrices des préoccupations changeantes d'une société, ou liées à une actualité. La demi-douzaine de titres programmés (p. 111) sur l'Algérie fait ainsi écho aux manifestations qui ont démarré en février 2019. Autre sujet récent, les analyses concernant le mouvement des gilets jaunes se poursuivent dans l'édition, et sont plutôt publiées par de petites maisons engagées (p. 104). Eric Leser y voit notamment La revanche des derniers de la classe (Eyrolles), tandis qu'Yves Vargas, Sonia, Badiaa Benjelloun s'interrogent : Gilets jaunes : jacquerie ou révolution ? (Temps des cerises).

Les reportages sur la précarité économique exposée durant ces manifestations hebdomadaires ont suscité une prise de conscience sur les difficultés de vie en général, et un besoin d'explication auquel s'efforcent de répondre plusieurs titres (p.105) parmi lesquels on peut citer En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté (Mouvement ATD Quart-Monde, Jean-Christophe et Pierre Maréchal, Ed. de l'Atelier) ; Où va l'argent des pauvres ? : fantasmes politiques, réalités sociologiques (Denis Colombi, Payot) ; Idées reçues sur les SDF (Thibault Besozzi, Le cavalier bleu) ; De quoi SDF est-il le nom ? (Julien Damon, Ed. de l'Aube). Fatima Sathi a voulu vérifier cette situation, expérience qu'elle relate dans Je mendie (La boîte à Pandore).

La pérennité du système démocratique (p. 102) fait plutôt partie des thèmes récurrents, mais le questionnement est exprimé avec une inquiétude plus aiguë qu'auparavant, en raison de son risque de submersion par le populisme, notion qui reste discutée. La découverte de la vie politique peut être un choc, dont M'jid El Guerrab témoigne dans Déconstruire la haine : deux ans au Palais-Bourbon (Alma éditeur) tout en cherchant des solutions à la détestation des élus. Nicolas Baverez ne prépare toujours pas des soirées sereines (Le stade ultime de la démocratie, L'Observatoire), Emmanuel Todd et Baptiste Touverey actualisent un schéma ancien (La lutte de classe en France au XXIe siècle, Seuil), mais Maud Dugrand veut montrer que le vivre ensemble reste possible (La petite République de Saillans : une expérience de démocratie participative, Rouergue).

Quant aux prochaines élections municipales, à la fois exercice de démocratie de proximité et enjeu de la recomposition politique amorcée en 2017, elles sont surtout traitées sous l'angle des désillusions et de l'épuisement qui conduisent de nombreux maires à renoncer à leur mandat (p. 103, et voir aussi LH 1240 du 22.11.19, p. 8). La capitale suscite évidemment les publications les plus nombreuses dont La bataille de Paris (Béatrice Jérôme, Plon) ou encore Atlas du grand Paris (sous la direction de Daniel Béhar et Aurélien Delpirou, Autrement). Plusieurs éditeurs élargissent le sujet aux questions urbaines (L'intelligence des villes, sous la direction de Bernard Stigler, Fyp Editions).

Plus généralement, Jean-Christophe Picard rappelle lepouvoir du bulletin de vote dans La colère et le courage : pour en finir avec la corruption, la fraude fiscale et le détournement -(Armand Colin). Yvan Stéfanovitch dévoile le fonctionnement du Conseil d'Etat dans Petits arrangements entre amis (Albin Michel). Vincent Jauvert poursuit son enquête sur la haute fonction publique et les responsables politiques avec un titre sans équivoque : Les voraces (Robert Laffont). Paul-François Paoli et Gérald Pandelon décortiquent les mêmes dérives au niveau local dans La France mafieuse (Max Milo). Le pouvoir rend-il fou ? demande Erwan Deveze, publié chez Larousse.

Femmes et environnement

Pendant cette campagne, il sera sans doute question d'environnement, thème permanent de l'édition d'essais et documents, qui insiste avec une fréquence nouvelle sur l'urgence de la situation : Une planète en sursis (Serge Marti, Odile Jacob) ; Changer avec le climat : face à l'urgence, redonner un sens à son quotidien (Bernard Farinelli, Editions de Terran) ; Déclarons l'état d'urgence écologique (Cédric Chevalier, Thibault de la Motte, Ed. Luc Pire).

Albin Michel a programmé pour février une grande synthèse sur les nouvelles craintes d'effondrement qui n'apparaissent plus comme des fantasmes de science-fiction : Collapsus : changer ou disparaître ? : le vrai bilan sur notre planète (sous la direction de Laurent Testot et Laurent Aillet). Mais tout n'est pas encore perdu : Les liens qui libèrent traduisent le philosophe australien Glenn A. Albrecht qui défend une notion nouvelle, après l'anthropocène dans Earth emotions (TP) : génération symbiocène, une ère qui serait celle d'un gouvernement du monde enfin soucieux de la symbiose avec son environnement.

Les conditions de vie des femmes, révélatrices de l'état d'une société, sont aussi un sujet récurrent, qui ne s'est toutefois pas encore emparé de l'actualité récente concernant les défaillances dans la prévention des féminicides. Dans la production de la rentrée, le témoignage de Marie Laguerre, devenue le symbole d'une insécurité banalisée ou minimisée jusqu'à la vidéo de son agression, revient sur un autre fléau dans Rebellez-vous le harcèlement de rue et les violences font partie du quotidien des femmes : ce jour-là, j'ai dit non (avec la collaboration de Laurène Daycard, L'iconoclaste).

Et parmi les nouvelles formes de lutte, S. Federici, M. Simo-net, M. Merteuil et M. Kuehni témoignent d'une grève du travail domestique et du sexe observée cette année en Suisse dans Travail gratuit et grève féministe (Entremonde). 

Des poids lourds pour l'hiver

Publié habituellement chez Fayard, Jacques Attali fait une incursion à L'Observatoire avec A tort et à raison, un livre d'entretiens avec Frédéric Taddeï sur le bilan des multiples analyses et anticipations qu'il a formulées au cours d'une production éditoriale prolifique. Il fera partie des auteurs de la rentrée dont la notoriété garantira la visibilité médiatique, et une bonne place en librairie. Pour les mêmes raisons, Michel Onfray et son essai sur le mouvement des gilets jaunes (Grandeur du petit peuple, Albin Michel) devrait aussi faire l'objet d'une belle mise en place. Après un premier volume vendu à 28 000 exemplaires selon GFK, Gérard Davet et Fabrice Lhomme publient la suite de L'histoire secrète de la droite française. 2, Apocalypse now : les années Fillon. Le titre n'est pas encore fixé mais le livre est annoncé chez Michel Lafon : Séverine Servat de Rugy, épouse de François de Rugy, donnera son analyse de la vie politique après la polémique qui a provoqué la démission de son mari, ex-ministre de l'Écologie. Le même éditeur donnera la parole à Marek Halter, pour un essai sur la résurgence de l'antisémitisme (Pourquoi les juifs ?). Lilian Thuram témoignera aussi du racisme dans La pensée blanche (P Rey). Jack Lang livrera un Manifeste pour la langue arabe (Cherche Midi). Chez Flammarion, c'est la notoriété controversée du sujet qui assurera une attention particulière à Tariq Ramadan : histoire d'une imposture (Ian Hamel). Et Emmanuel Pierrat devrait aussitrouver un relais dans les médias avec la conviction fermement affichée de son prochain titre : Je crois en l'athéisme, publié au Cerf, qui revendique la place de premier éditeur religieux de France. Enfin, sans se faire prier, les libraires encourageront leurs clients à acheter et lire Eloge du magasin : contre l'Amazonisation de Vincent Chabault (Gallimard).


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités