Edition

Editis réorganise son secteur littérature en trois pôles

Les locaux du groupe Editis au 92, avenue de France, à Paris - Photo Olivier Dion

Editis réorganise son secteur littérature en trois pôles

Le président Denis Olivennes et la directrice générale Catherine Lucet annoncent un regroupement de maisons d'édition de littérature d'Editis en trois pôles. Benoît Yvert, directeur de Perrin, est nommé conseiller spécial de la présidence pour la littérature.  

J’achète l’article 1.5 €

Par Éric Dupuy,
Créé le 11.01.2024 à 20h37 ,
Mis à jour le 12.01.2024 à 10h32

Deux mois après son arrivée, la nouvelle direction du groupe Editis a présenté jeudi 11 janvier une nouvelle organisation pour le secteur de la littérature, dont l'une des priorités est de redonner du prestige et de la cohérence à l'offre de romans.

Benoît Yvert, directeur des éditions Perrin, est nommé conseiller spécial pour la littérature auprès de la présidence et de la direction générale du groupe.

Deux femmes et un homme forts

A contre-pied de ce qui avait été mis en place par l’ancienne direction il y a à peine plus d’un an, Denis Olivennes et Catherine Lucet ont annoncé le regroupement d'une quinzaine d’entités du secteur de la littérature autour de trois pôles.  

Comme évoqué par Livres Hebdo mercredi, Sofia Bengana et Sophie Charnavel auront chacune la responsabilité d’un des regroupements. Sous l’autorité de la première, directrice des Presses de la Cité, cinq autres maisons : Belfond, Bouquins, Le Bruit du monde, Récamier et Plon, dorénavant pilotée par Jean-Luc Barré et la recrue Sophie Berlin.

La seconde éditrice, P-DG de Robert Laffont, chapotera également Perrin et Fleuve.

Enfin, un troisième pôle, « sous la responsabilité de Jean Le Gall, directeur du Cherche Midi, de Séguier et Sonatine », comprend également les éditions Télémaque et le département Partenariats (livres sur commande).

Ces regroupements ne changent pas les structures juridiques de ces maisons, qui restent attachées à leur entité, telle que La Place des éditeurs.  Certaines maisons, telles que l'Archipel, Pocket ou encore XO, ne sont pas concernées par ces rapprochements. En septembre, Denis Olivennes avait évoqué dans un entretien à Livres Hebdo sa volonté de replacer les maisons de littérature autour de personnalités fortes, dans le sillage de ce qu'« avait construit Alain Kouck ».

Les dernières
actualités