Bande dessinée

Elizabeth Holleville, « Immonde ! » (Glénat) : Rencontres du quatrième type

Immonde ! - Photo © Glénat

Elizabeth Holleville, « Immonde ! » (Glénat) : Rencontres du quatrième type

Dans un ouvrage marqué par l'esprit de Charles Burns, Elizabeth Holleville soumet trois adolescents aux émanations méphitiques d'une entreprise d'extraction de minerais radioactifs. Tirage à 6000 exemplaires.

J’achète l’article 1.5 €

Par Fabrice Piault ,
Créé le 28.12.2021 à 15h24

Des adolescents désœuvrés, confrontés à des phénomènes mystérieux, se lancent dans une enquête pour en démêler les fils : il y a un côté Club des cinq dans le nouvel album d'Elizabeth Holleville. Mais la jeune auteure - elle est née en 1988 - se trouve sous l'influence du fameux Black Hole, de Charles Burns (Delcourt) comme du film The Thing, de John Carpenter. Déjà remarquée en 2018 pour L'été fantôme (Glénat) dans lequel elle explorait les sentiers fragiles du passage de l'enfance à l'adolescence, elle tisse dans Immonde ! un matériau sensiblement plus sombre que celui d'Enid Blyton dans les années 1950.

À 17 ans, ses jeunes héros, Jonas et Camille, bientôt rejoints par Nour, traînent leur ennui et leur mal-être dans la bien nommée petite ville de Morterre, dont toute l'activité tourne autour de celle de l'Agemma, une entreprise d'extraction de minerais radioactifs. Or tandis que le père de Nour, tout juste embauché par l'Agemma, se trouve confronté au sein de l'entreprise à des événements et des comportements étranges, les trois amis croisent au cours d'une de leurs explorations de la cité un personnage gravement défiguré qui pourrait être un salarié récemment disparu. Cherchant à en savoir plus, ils vont peu à peu découvrir des êtres toujours plus monstrueux, produits d'une entreprise industrielle hors de contrôle. Plutôt que de rencontres du troisième type (c'est-à-dire avec des extraterrestres), on pourrait ici parler d'un « quatrième type » pour cette confrontation avec ces créatures qui ne viennent pas de planètes lointaines mais que nous avons générées et qui ne sont que des revers de nous-mêmes.

Chez Elizabeth Holleville qui, graphiquement, continue de travailler une forme épaisse de la ligne claire, dramatisée par une subtile maîtrise des ombres, la difformité physique, la monstruosité ne sont pas seulement comme chez Charles Burns l'expression des tortures vécues par les adolescents dans leur transition de l'enfance à l'âge adulte. Elles résultent de processus très concrets suscités par les pollutions, la corruption et le productivisme qui les charrie. Saturé de violet, de verts et de roses assourdis, Immonde ! présente des teintes et des tonalités aussi sombres que celles de L'été fantôme étaient claires. Qu'il s'agisse des actes de leur vie quotidienne ou de leur psyché, Jonas, Camille et Nour évoluent dans un monde que la nuit a totalement investi, un im-monde, en somme.

Elizabeth Holleville
Immonde !
Glénat
Tirage: 6 000 ex.
Prix: 22,50 € ; 240 p.
ISBN: 9782344041864

Les dernières
actualités