VENTE EN LIGNE

Hadrien Gardeur - Photo DR/FEEDBOOK

En septembre dernier, le lancement de Passion Culture, grande librairie de 1 400 m2 qui emploie 15 personnes à Orléans, a nécessité un investissement d'un million d'euros - capital, prêts bancaires et stock compris. C'est exactement ce que A Plus Finance vient d'investir dans l'augmentation de capital de Feedbooks, pour prendre 29,6 % des parts de cette jeune librairie dédiée au livre numérique. Ce qui valorise l'entreprise à 3,3 millions d'euros, alors que son chiffre d'affaires ne dépassait pas 20 000 euros en 2010.

"Nos ventes ont tout juste démarré en novembre 2010, notre activité est bien supérieure en 2011, et se développe à un rythme soutenu", assure Hadrien Gardeur, 28 ans, ingénieur et cofondateur en 2007 avec Loic Roussel, 26 ans, de cette librairie indépendante d'un nouveau genre, prête à s'affronter aux géants qui dominent pour le moment ce marché naissant. Ils restent majoritaires au tour de table avec les business angels qui les accompagnent depuis leur lancement - dont l'ancien DG de Skype France, Jérôme Archambault. Ils se sont montrés assez convaincants pour réunir au total près de 1,4 million d'euros entre fonds privés et subventions, dans un projet qui démontre où les investisseurs voient maintenant l'avenir de la librairie. L'un des premiers paris des fondateurs de Feedbooks s'est révélé très pertinent : "Nous avons misé sur le format ouvert ePub, en participant à son développement", explique Hadrien Gardeur. Les deux cofondateurs de la librairie ont longtemps été les seuls membres français de l'International Digital Publishing Forum (IDPF), consortium consacré à la définition des normes de ce format, plus adapté que le PDF à la lecture sur liseuses, tablettes et smartphones.

Cette librairie du XXIe siècle, qui a rempli ses premiers rayonnages avec de la littérature du XIXe siècle libre de droits, a aussi été jugée assez prometteuse par les grands groupes d'édition aux Etats-Unis, en France et en Allemagne, avec lesquels des contrats ont été signés tout au long de l'année 2011. "En France, nous avons tout le monde sauf Hachette", remarque le DG de la librairie, qui revendique 3,5 millions de téléchargements mensuels, pour l'essentiel de clients attirés par les ebooks gratuits, et qu'il faudra orienter vers les payants. Très attentifs à la qualité des fichiers, les créateurs de Feedbooks veillent à recréer sur Internet tout le travail de médiation et de conseil du libraire, sans passer par les algorithmes sur lesquels mise Amazon, mais en soignant les métadonnées, l'indexation et le catalogage. Ce qui se fait avec des moyens humains : Bernard Strainchamps, ancien fondateur de Bibliosurf, vient ainsi d'arriver dans l'entreprise, qui prévoit de passer de 6 à 10 salariés d'ici à la fin de l'année.


23.03 2012

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités