Grenoble: un plan pour la lecture publique | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, le 22.03.2019 à 12h46 (mis à jour le 22.03.2019 à 13h00) Bibliothèque

Grenoble: un plan pour la lecture publique

L'artothèque municipale de Grenoble - Photo DR/VILLE DE GRENOBLE

Fruit d'un travail de consultation entamé en septembre 2017, le nouveau plan pour la lecture publique de la ville de Grenoble définit quatre grandes orientations stratégiques.
 

La ville de Grenoble présentera officiellement, vendredi 22 mars, son plan pour la lecture publique 2018-2025. Ce programme, basé notamment sur une enquête menée auprès des habitants, usagers et non usagers, s'articule autour de quatre grandes orientations stratégiques.

Une politique documentaire plus lisible
Le premier axe du plan prévoit une redéfinition de la politique documentaire, avec l'ambition de mieux adapter l'offre aux attentes des lecteurs et de la rendre plus visible.

Des horaires adaptés
Pour répondre à la demande d'évolution des horaires exprimée dans l'enquête auprès du public, la ville de Grenoble prévoit de mener un diagnostic pour ajuster les grilles horaires aux pratiques de vie des habitants. 25 % des usagers ont déclaré que les jours et les horaires d'ouverture n'étaient pas adaptés. L'enjeu, en particulier, est d'attirer les jeunes actifs, peu présents actuellement parmi les usagers.

Gratuité totale
A partir du 1er juillet 2019, les bibliothèques seront entièrement gratuites pour tous les usagers, Grenoblois et non Grenoblois.

"Les bibliothèques sont le service de base d'une société démocratique, affirme Eric Piolle, maire de Grenoble, en préambule du Plan de de lecture publique. Le cœur de leur mission est de nous permettre d'exercer nos droits fondamentaux à la culture, à l'éducation, à la citoyenneté, quels que soient notre âge, notre condition, nos affinités."

Le travail de réflexion sur l'avenir du réseau de lecture publique de Grenoble a été entamé à la suite de la forte mobilisation d'une partie des personnels des bibliothèques et des usagers face à l'annonce par la municipalité, en juin 2016, du projet de fermer trois bibliothèques.

Une partie des personnels des bibliothèques, regroupés sous la bannière des "bibliothécaires en lutte de Grenoble", ont manifesté dans un tract du 6 novembre 2018 leur opposition au plan de lecture 2018-2025. "Les chiffres de la fréquentation des bibliothèques au niveau local et national sont en baisse, mais pour autant, faut-il massacrer un réseau de bibliothèques construit pendant des décennies sur un modèle social, donc avec des missions d'utilité sociale, échappant aux lois de la concurrence et de la rentabilité ?", interrogent les signataires.

Les premières étapes du plan prévoient notamment des travaux de transformation du rez-de-chaussée de la bibliothèque d'étude et du patrimoine, entre juillet 2019 et début 2020. Ces travaux sont destinés à faire émeger un lieu collectif, convivial et ouvert à tous.

La première tranche du plan mobilisera 2,2 millions d'euros jusqu'à 2021.

Les 15-24 ans à conquérir
La grande enquête menée auprès de plus de 2500 habitants a permis au réseau de lecture publique de Grenoble (constitué de 12 bibliothèques, un bibliobus, une artothèque et un musée) de se comparer aux moyennes nationales. En 2017, 33 % des Grenoblois et 7 % des habitants de l'agglomération hors Grenoble ont fréquenté une bibliothèque municipale de Grenoble au cours des 12 derniers mois, alors que la moyenne nationale pour les villes de 100 000 à 200 000 habitants s'élève à 45 % (selon l'enquête Publics et usages des bibliothèques municipales 2016 du ministère de la Culture).

Les usagers sont en revanche très assidus. 44 % d'entre eux fréquentent la bibliothèque plusieurs fois par mois, contre 21 % en moyenne nationale. Ce sont aussi de grands lecteurs. 53 % des usagers genoblois ont lu plus de 10 livres au cours de l'année écoulée, quand la moyenne nationale s'élève à 43 %. En tout, 16,8 % des Grenoblois sont inscrits dans le réseau municipal, un pourcentage comparable à la moyenne nationale.

Les adolescents et les jeunes adultes sont, en revanche, peu présents. 28 % des 15-24 ans ont fréquenté une bibliothèque municipale au cours des 12 derniers mois, contre 53 % au niveau national.

Parmi les non-usagers, 24 % des personnes interrogées ont fréquenté les bibliothèques de Grenoble mais ne les fréquentent plus. 28 % des non-usagers ont moins de 25 ans.

"Les bibliothèques de Grenoble sont prisées des grands lecteurs, mais ont plus de difficulté à capter les publics moins attachés au livre, conclut l'enquête. Les adolescents et les jeunes adultes sont beaucoup moins présents dans les bibliothèques de Grenoble qu'à l'échelle nationale. L'enjeu est de donner envie de fréquenter les bibliothèques aux personnes qui n'en ressentent pas encore, ou plus, le besoin."
 

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre