Résultats

Hachette progresse mais n'empêche pas Lagardère de s'effondrer au troisième trimestre

Hachette progresse mais n'empêche pas Lagardère de s'effondrer au troisième trimestre

Les résultats du groupe sont plombés par la mauvaise performance de sa filiale retail. Les revenus de la branche éditoriale, soit le groupe Hachette, progressent en revanche de 6%.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
Créé le 05.11.2020 à 15h22,
Mis à jour le 05.11.2020 à 16h00

Le chiffre d'affaires de Lagardère a chuté de 38,3% au troisième trimestre pour s'établir à 1,19 milliards d'euros selon les résultats du groupe publiés le 5 novembre. L'exercice est plombé par l'impact de la crise sanitaire sur les revenus de la branche travel retail (les duty-free et magasins Relay), en baisse de 66,1% sur la période de juillet à septembre.

Le chiffre d'affaires de la filiale éditoriale Lagardère publishing, soit le groupe Hachette, progresse en revanche de 6% sur la même période pour atteindre 704 millions d'euros. La hausse de l'activité dans ce secteur est due à la bonne dynamique des ventes de livres à la sortie du premier confinement et à la forte croissance aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, alimentée par la sortie de best-sellers mondiaux, dont le tome 5 de la saga Twilight, Midnight Sun, de Stephenie Meyer.

Le retard se réduit

En cumulé, les revenus de la filiale éditoriale du groupe sont en recul de 2,8% en 2020 par rapport à 2019. Les restrictions sur les voyages ont réduit la vente des guides touristiques et la situation instable dans les écoles a affecté la vente de manuels, aussi bien en Espagne qu'au Mexique. Le groupe est néanmoins parvenu à refaire une partie de son retard, puisque Lagardère publishing affichait au premier semestre un résultat en baisse de 8,3% par rapport à 2020.

Le poids du livre numérique dans le chiffre d'affaires de la branche éditoriale continue de progresser pour s'établir à 9,9% des revenus sur le troisième trimestre, contre 7,8% à la même période en 2019. Le constat s'applique aussi au livre audio numérique, dont le chiffre d'affaires augmente de près d'un point par rapport à l'an dernier.

Au quatrième trimestre, le groupe anticipe "un effet de base défavorable par rapport au quatrième trimestre 2019, du fait de l’absence de sortie d’un album Astérix (qui paraît uniquement les années impaires). Par ailleurs, les décisions récentes d’un reconfinement dans plusieurs pays d’Europe affecteront les ventes en France et, dans une moindre mesure, au Royaume-Uni."
 

Vers un démantèlement d'Hachette ?

Selon des informations de BFM TV, confirmées par Le Monde et l'AFP, les discussions ont repris entre le dirigeant Arnaud Lagardère et le président de Vivendi, Vincent Bolloré, premier actionnaire du groupe avec 27% des parts, sur l'avenir du conglomérat. Le milliardaire breton a manifesté son intérêt pour reprendre le pôle international d'Hachette Livre et de le fondre dans Editis, la filiale éditoriale de Vivendi. Une telle éventualité priverait Lagardère de plus des deux tiers des revenus générés par son activité éditoriale, mais permettrait à Vivendi d'éviter de faire des concessions trop importantes à l'autorité de la concurrence. En échange, Vincent Bolloré pourrait promettre de cesser de monter au capital de Lagardère et renoncerait ainsi à déclencher une OPA.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités