Librairie

Il sillonne l'Alsace avec sa librairie ambulante

L'intérieur pas si mini de la librairie mobile "Au vrai chic littérère" - Photo © NATHALIE MARAJO

Il sillonne l'Alsace avec sa librairie ambulante

Jean-Jacques Megel-Nuber promène ses 3000 références dans les endroits les plus reculés du Grand Est grâce à sa "tiny-house" sur roues.

J’achète l’article 1.50 €

Par Sophie Gindensperger,
avec AFP,
Créé le 21.08.2017 à 17h01,
Mis à jour le 21.08.2017 à 18h00

Depuis quelques mois, une "librairie d'occasion itinérante" sillonne les routes d'Alsace pour apporter les livres là où il n'y en a plus. La librairie se nomme "Au vrai chic littérère", et la faute d'orthographe est délibérée. "C'est par dérision, pour inviter les lecteurs à ne pas placer la littérature sur un piédestal", explique Jean-Jacques Megel-Nuber, ancien directeur de théâtre aux commandes de ce commerce pas ordinaire, qui s'est posé ce dimanche 20 août au festival du vintage de Gundolsheim (Haut-Rhin).

Plus spacieuse qu'une roulotte et plus durable qu'une caravane, la "tiny-house", nom de ce type d'habitation sur roues à l'ossature en bois construite par une entreprise des Vosges, La maison qui chemine, offre près de 3000 ouvrages rangés dans ses étagères.

Onze mètres carrés de culture où se côtoient un guide de survie en forêt, des livres dont vous êtes le héros, le dernier Guillaume Musso ou une tragédie classique de Racine, tous de seconde main. "J'ai écumé les Emmaüs de France pour constituer un stock qui me ressemble", explique M. Megel-Nuber.
 

"Au vrai chic littérère", la librairie itinérante dans sa mini-maison en bois - Photo LA MAISON QUI CHEMINE

Après avoir songé à investir dans un camion ou une péniche librairie en 2015, cet amoureux du voyage a finalement choisi la cabane en bois jugée "plus propice à l'introspection et à l'accueil de la fiction". Coût total du projet: 48000 euros, payés à 15% par 170 amoureux de la lecture via un site de financement participatif.

Vecteur culturel

En février, "Au vrai chic littérère" a commencé à sillonner les routes du Grand Est pour "faciliter l'accès au livre" dans les zones sans librairie, et aux publics empêchés (prisons, hôpitaux, maisons de retraite..). Après une dizaine de déplacements, Jean-Jacques Megel-Nuber estime jouer, à son échelle, son rôle de "vecteur culturel".

"La librairie a pour vocation d'aller en priorité là où on fera appel à elle", ajoute-t-il. Au fil des mois, des partenariats se sont formés avec les élus et organisateurs d'événements du Grand Est. 

Une élue du conseil départemental du Bas-Rhin, Nathalie Marajo, a ainsi demandé au commerçant vagabond de s'installer quelques jours, l'hiver prochain, à Woerth, dans le nord de l'Alsace. Depuis plus de 15 ans, la commune de quelque 2000 âmes n'a plus de librairie. 

"Les habitants, surtout les personnes âgées, la regrettent beaucoup. Ils aimeraient bien acheter leurs livres ailleurs que sur internet", déplore-t-elle. Même constat au niveau de son canton de 45 communes où l'offre littéraire se fait rare, "à l'exception des médiathèques", souligne l'élue.

"Ça prend. J'ai beaucoup de demande", s'enflamme Jean-Jacques Megel-Nuber qui organise en plus des lectures à thème lors de ses déplacements. Une façon alternative d'utiliser son "coffre à histoires en balade" pour le plaisir des autres.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités