Jérôme Leroy remporte le prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 29.03.2015 à 14h54 (mis à jour le 30.03.2015 à 12h04) QUAIS DU POLAR

Jérôme Leroy remporte le prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes

Photo ARIOLLE — TRAVAIL PERSONNEL - WIKIPEDIA

L'ange gardien, paru dans la célèbre "Série noire" (Gallimard) qui fêtait ses 70 ans au Festival Quais du polar, a été couronné par le prix de la manifestation lyonnaise, comme le polar jeunesse, La drôle d'évasion, de Séverine Vidal (Sarbacane). La BD, Moi, assassin, d'Antonio Altarriba et Keko (Denoël), a été distinguée par le prix BD Expérience-Le Petit Bulletin. 

Les prix du 11e Festival Quais du polar, qui se déroule à Lyon du 27 au 29 mars, ont été dévoilés le 28 mars à 16 h, dans le grand salon de l'Hôtel de ville. Jérôme Leroy a remporté avec L'ange gardien (Gallimard, "Série noire") le prix des lecteurs Quais du polar /20 minutes, couronnant un roman francophone paru dans l'année. "Je ressens une immense fierté d'être un auteur "Série noire" en cette année où la collection fête ses 70 ans, et célèbre des auteurs comme Hammett, Thompson ou Manchette que j'admire profondément. Je remercie Aurélien Masson qui la dirige de m'y avoir accueilli et d'avoir levé mes inhibitions par des moyens parfois inavouables" a déclaré Jérôme Leroy en recevant le prix, ajoutant : "Je suis aussi touché d'avoir été distingué par un prix des lecteurs. Les lecteurs ne trichent pas". 

L'ange gardien confronte Berthet, tueur à gages pour une organisation occulte, l'Unité, devenu soudain gênant parce qu'il protège la jeune ministre Kardiatou Diop d'un gouvernement de gauche, et Martin Joubert, écrivain dépressif qui travaille pour un journal d'extrême droite.

Le roman était en compétition avec Aux animaux la guerre, de Nicolas Mathieu (Actes Sud, "Actes Noirs"), Des forêts et des âmes, d'Elena Piacentini (Au-delà du raisonnable), Riches à en mourir, de Frédéric Andreï (Albin Michel), Un mensonge explosif, de Christophe Reydi-Gramond (Liana Levi) et Un vent de cendres, de Sandrine Collette (Denoël, "Sueurs froides"). 

La ville de Lyon et le Festival Quais du polar ont aussi décerné pour la première fois un prix polar jeunesse. Dix élèves de CM1-CM2, des représentants de Quais du polar, de la librairie jeunesse A titre d'aile et du magazine Grains de sel ont choisi La drôle d'évasion, de Séverine Vidal (Sarbacane) parmi une sélection de cinq titres. Les quatre autres finalistes étaient : Le club de la pluie au pensionnat des mystères, de Malika Ferdjoukh (L'Ecole des loisirs), Les pirates du Komodo, de Dominique Delahaye (Syros), Le temps des mitaines, de Loïc Clément et Anne Montel (Didier Jeunesse) et Zeppelin en danger, de Boris et François Darnaudet (Rouge safran). 

Parallèlement, le prix BD polar Expérience/Le Petit Bulletin, remis par la librairie Expérience et l'hebdomadaire Le Petit Bulletin, a récompensé Moi, assassin, d'Antonio Altarriba et Keko (Denoël). "Quais du polar est une référence pour tous les amateurs de polars", a commenté le scénariste Antonio Altarriba. 

Huit autres albums composaient la sélection : Balles perdues, de Matz, Walter Hill et Jef (Rue de Sèvres) ; Blast, de Manu Larcenet (Dargaud) ; Bonbons atomiques, d'Anthony Pastor (Actes Sud) ; Choc, d'Eric Maltaite et Stéphane Colman (Dupuis) ; Fatale, de Max Cabanes et Jean-Patrick Manchette (Dupuis) ; La main de Dieu, de Marc Védrines (Glénat) ; Little Tulip, de Francois Boucq et Jérôme Charyn (Le Lombard) et Paci, de Vincent Perriot (Dargaud). 

Enfin François Pirola, président de Quais du polar, et Macha Séry, journaliste au Monde (partenaire du prix), ont aussi rappelé les lauréats du premier prix "Polar en séries", décerné le 27 mars : Poulets grillés, de Sophie Hénaff (Albin Michel) pour la catégorie "série récurrente" et à Après la guerre, d'Hervé Le Corre (Rivages) pour la catégorie "mini-série". 
close

S’abonner à #La Lettre