J.K. Rowling et David Lagerkrantz s'affrontent en salles | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 13.11.2018 à 17h03 (mis à jour le 14.11.2018 à 16h33) Cinéma

J.K. Rowling et David Lagerkrantz s'affrontent en salles

Eddie Redmayne (Les crimes de Grindelwald) et Claire Foy (Ce qui ne me tue pas)

La suite des Animaux fantastiques, extension de l'univers Harry Potter, et la relance de la franchise Millénium, se font face lors des sorties du 14 novembre qui comprennent aussi trois documentaires, le remake d'un film culte et l'adaptation d'une pièce de théâtre primée.

Seul le nom de J.K. Rowling est imprimé en gros caractères sur les affiches. Malgré les stars (de Johnny Depp à Judd Law), Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald est avant tout un film issu des aventures de Harry Potter. Cette suite commence à New York, là où s'achève Les animaux fantastiques (2016), et nous emmène à Paris.
Côté librairies, Gallimard Jeunesse publie le texte du film cette semaine, un album jeunesse avec l'inventaire des espèces animales, et un livre sur la magie du cinéma autour du tournage de cette production. Par ailleurs, HarperCollins sort trois albums jeuensse et un beau livre illustré sur les coulisses du film signé Jody Revenson. Enfin, les éditions 404 ont préparé un beau livre illustré qui fait le lien entre Harry Potter et Les animaux fantastiques avec un Voyage ensorcelant au cœur de la magie.

La saga Millénium n'en est qu'à son 5e film. Les trois premiers avaient été réalisés en Suède en 2009 (et décliné en 6 épisodes sous la forme de série télévisée), avec Noomi Rapace dans le rôle de Lisbeth Salander. Hollywood s'était emparé des best-sellers de Stieg Larsson  en 2011. David Fincher a choisi Rooney Mara pour le personnage de la hackeuse tatouée et s'est focalisé sur le premier roman de la série, Les hommes qui n'aimaient pas les femmes. Cette année, c'est Claire Foy qui reprend le passé et le passif de la geek revancharde dans Millénium: ce qui ne me tue pas.
 
Il s'agit de l'adaptation du 4e roman, éponyme, et le premier écrit par David Lagerkrantz et paru en 2015 chez Actes sud et en 2017 chez Babel. Dans cette version poche, l'éditeur a changé la couverture, qui reprend désormais le visuel du film. Dans les deux formats, le thriller s'est vendu à 650000 exemplaires (source GFK).

Cette fois-ci, Frans Balder, éminent chercheur suédois en intelligence artificielle, fait appel à Lisbeth Salander afin de récupérer un logiciel qu'il a créé pour prendre le contrôle d'armes nucléaires. Mais la NSA ainsi qu'un groupe de terroristes mené par Jan Holster sont également sur la piste du logiciel. Traquée, Lisbeth va faire appel à son ami le journaliste Mikael Blomkvist qu'elle n'a pas vu depuis trois ans.

 

Les autres sorties en salles ce 14 novembre

- De la réalité avec trois documentaires: Célébration d'Olivier Meyrou sur les dernières années d'Yves Saint Laurent. Le couturier est toujours en vedette dans les librairies avec la parution la semaine dernière de Yves Saint Laurent, le soleil et les ombres de Lynda Maache et Bertrand Stabley-Meyer (Bartillat) ; 8 avenue Lénine de Valérie Mitteaux et Anna Pitoun, qui a suivi durant quinze ans Salcuta et ses deux enfants, Denisa et Gabi, famille rom roumaine qui cherche à se faire accepter en France. De nombreux essais et documents sont publiés chaque année sur la communauté rom, tzigane, gitane. Henriette Asséo, historienne à l'EHESS, a notamment écrit Les Tsiganes: une destinée européenne chez Gallimard. Au printemps, Le Cahier bleu a édité Présences tsiganes: enquêtes et expériences dans les archives ; enfin André Robillard, en compagnie, portrait du créateur d'art brut par Henri-François Imbert. En 2016, La Bibliothèque des arts a publié André Robillard, la fleur au fusil, livre d'entretiens avec Françoise Manin. Toujours à Lausanne, un catalogue de son exposition de 2014 est édité chez 5 Continents.

- Du dramatique avec Les chatouilles, adaptation de la pièce de théâtre Les chatouilles ou la danse de la colère. Andrea Bescond, molière du "Seul en scène" en 2016, a écrit ce texte inspiré de son propre vécu d'enfant abusée sexuellement. Elle a coréalisé le film avec Eric Metayer et tient le rôle principal. La pièce, prix du Jeune théâtre Béatrix Dussane-André Roussin 2016, est parue aux éditions Les Cygnes en 2015.

- Du fantastique avec le remake de Suspiria, film culte des années 1970 de Dario Argento, et remis au style du jour par Luca Giadagnino (Call me by your nName), qui se laisse influencer par une esthétique proprement "fassbinderienne". Dario Argento, magicien de la peur de Jean-Baptiste Thoret était paru en 2008 aux Cahiers du cinéma. On retrouve aussi le texte dont s'est inspiré Argento, Suspiria de profundis de Thomas de Quincey dans ses Œuvres publiées dans la "Bibliothèque de la Pléiade" (2011).

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre