Exposition

La BnF entre dans la tête de Baudelaire

Charles Baudelaire, Autoportrait, Vers 1860, Dessin, Bibliothèque de l'Institut de France - Photo Pauline Gabinari

La BnF entre dans la tête de Baudelaire

Du 3 novembre et jusqu’au 13 février, la Bibliothèque nationale de France (BnF) propose une traversée dans l’univers créatif et littéraire de Charles Baudelaire. Une exposition temporaire intitulée « Baudelaire, la modernité mélancolique ». 
 

J’achète l’article 1.5 €

Par Pauline Gabinari ,
Créé le 02.11.2021 à 19h02 ,
Mis à jour le 02.11.2021 à 19h40

Afin de célébrer le bicentenaire de la naissance de Charles Baudelaire, la BnF propose une exposition temporaire du 3 novembre au 13 février, baptisée « Baudelaire, la modernité mélancolique ». Loin d’une scénographie uniquement biographique, les commissaires d’exposition ont cherché à retracer l’acte même de création de Charles Baudelaire, à travers son œuvre poétique tout autant que sa production en tant que critique. 
 [[asset:image:362270 {"mode":"full","align":"none","field_asset_image_copyright":["Pauline Gabinari "],"field_asset_image_desc":["L\u0027exposition est \u00e0 retrouver sur le site Fran\u00e7ois Mitterand de la BnF"]}]]
 
Construit à la manière d’un livre, le circuit d’exposition débute par un prologue pour se conclure par un épilogue. De son sentiment constant d’exil à son rapport à l’image, en passant par le spleen typiquement baudelairien, les trois chapitres centraux de la manifestation explorent différentes facettes du poète pour montrer en quoi la mélancolie joue un rôle capital dans l’œuvre de l’écrivain. « Cette exposition a trois ambitions », explique le commissaire d’exposition, Jean-Marc Chatelain, « donner à voir, donner à penser et donner à lire le parcours de Charles Baudelaire ».  
 [[asset:image:362271 {"mode":"full","align":"none","field_asset_image_copyright":["Pauline Gabinari "],"field_asset_image_desc":["F\u00e9lix Tournachon dit nadar (1820-1910), Charles Baudelaire, Fleurs du mal, Vers 1958, Dessin, BnF"]}]]
 
Afin de répondre à ce vaste programme, les commissaires d’exposition ont réuni 200 pièces au format varié dont certaines proviennent de collections privées, jamais présentées au public auparavant. Parmi elles, on retrouve des tableaux, des gravures et des textes originaux. Une part belle a également été faite aux coupures de presse, significatives de cette période d’essor journalistique et littéraire. « Si aujourd’hui nous appréhendons l’œuvre baudelairienne par le livre, il faut se souvenir l’importance que la presse avait aussi à cette époque », commente Jean-Marc Chatelain. 
 [[asset:image:362272 {"mode":"full","align":"none","field_asset_image_copyright":["Pauline Gabinari "],"field_asset_image_desc":["200 pi\u00e8ces composent l\u0027exposition "]}]]
 
L’exposition est accompagnée d’un colloque international le 20 novembre sur "Baudelaire et les traditions poétique", ainsi que d’un cycle de cinéma du 14 décembre au 15 mars. Un livre du même nom que l’exposition, a été édité par les éditions BnF. 
 

Les dernières
actualités