La BnF publie la 8e édition de l’Observatoire du dépôt légal | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 10.07.2019 à 15h39 (mis à jour le 10.07.2019 à 16h00) Bibliothèque

La BnF publie la 8e édition de l’Observatoire du dépôt légal

En constante hausse sur dix ans, le nombre de livres déposés en dépôt légal auprès de la BnF augmente de 1,3% par rapport à 2017 - Photo DR

Plus de 340000 documents ont fait leur entrée à la Bibliothèque nationale de France en 2018 au titre du dépôt légal.

Plus de 340000 documents, dont 82313 livres imprimés, 219766 fascicules de périodiques et 106,46 téraoctets de sites web ont fait leur entrée à la BnF en 2018 au titre du dépôt légal, révèle la 8e édition de l’Observatoire du dépôt légal publiée le 9 juillet par l’institution.
 
En constante hausse sur dix ans, le nombre de livres catalogués augmente de 1,3% par rapport à 2017, tout comme le nombre de déposants actifs : 8274 éditeurs, soit un quart de plus que l’an passé. Cette hausse peut s’expliquer par la montée en puissance de l’autoédition, qui représente 29% des déposants et 5,8% des dépôts. Avec plus de 1000 publications chacun, les éditeurs qui sont le plus représentés sont dans l’ordre : Edilivre, l’Harmattan, Hachette, Gallimard et Books on Demand. A noter que la moitié des dépôts est réalisée par seulement 146 éditeurs.

L'impression se délocalise
 
La fiction représente 42% des ouvrages traités, contre 56% de livres "documentaires". Près d’un quart des titres déposés sont des romans, soit 17761 œuvres, un chiffre en hausse continue depuis 2010. On note également l’augmentation de la part des livres jeunesse (13%) et du genre biographique (8%). Les ouvrages issus de la traduction représentent quant à eux 21% du total, en légère hausse par rapport à 2017.
 
Un peu plus d’un tiers des livres catalogués en 2018 ont été imprimés en dehors de France, une tendance à la hausse depuis 2010. Cette proportion monte à 64% pour les ouvrages jeunesse, particulièrement concernés par la délocalisation des activités d’impression, notamment via la Chine et l’Espagne.
 
Institué par François 1er en 1537, le dépôt légal oblige tout éditeur, imprimeur ou producteur de déposer à la BnF chaque document dont la diffusion s’étend au-delà du cercle familial afin de constituer une collection de référence. D’abord constitué de livres et de périodiques, le dépôt légal s’est étendu ces dernières années aux photographies, jeux vidéo, sites web, contenus multimédias et cartographiques, logiciels…
 

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre