La pétition pour la défense des moyens à la BNF atteint plus de 1400 signatures | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, le 12.06.2019 à 17h57 (mis à jour le 12.06.2019 à 18h00) Bibliothèque

La pétition pour la défense des moyens à la BNF atteint plus de 1400 signatures

L’intersyndicale CGT-FSU-Sud alerte dans une pétition sur les restrictions budgétaires que connaît l’établissement depuis plusieurs années.

Alors que vont débuter les négociations avec le ministère de la Culture concernant les moyens alloués à la Bibliothèque nationale de France pour les 3 ans à venir, l’intersyndicale CGT-FSU-Sud a adressé une lettre ouverte au ministre de la Culture, Franck Riester pour alerter sur les conséquences de plusieurs années de restrictions de budget et de personnels.

Lancée il y a quelques semaines, la pétition en ligne a rassemblé plus de 1400 signatures. Les syndicats y soulignent que la Bibliothèque nationale de France (BNF), "troisième plus grande bibliothèque au monde par ses collections patrimoniales, 40 millions de documents dont 15 millions d'imprimés, subit depuis 10 ans des restrictions budgétaires drastiques mettant à mal ses missions fondamentales".

"Alors que son périmètre d’action n’a cessé de s’élargir, notamment avec la numérisation de ses collections, et que des projets d’envergure se multiplient, le budget 2019 entérine de nouvelles destructions d’emplois portant à 304 le nombre de postes supprimés en 10 ans, dénonce la pétition. Dans le même temps le budget conservation et restauration des documents continue sa baisse vertigineuse, 2 millions en 2019, contre 5,6 millions d’euros en 2009".  

Les signataires demandent d’anticiper les besoins en personnels qui seront nécessaires à la réouverture en 2021 du site Richelieu, berceau historique de la BNF, avec des horaires et des missions élargis.

"Nous, signataires, refusons cette politique porteuse de reculs et de dégradations des conditions de travail, d’abaissement des missions et de perte de sens des métiers. Nous réclamons des moyens humains et financiers à la hauteur des besoins et des missions de la BnF ainsi que la stabilisation et la titularisation des personnels précaires", revendique la pétition.
close

S’abonner à #La Lettre