La dessinatrice Denise Millet victime du coronavirus | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 31.03.2020 à 16h06 (mis à jour le 31.03.2020 à 17h01) Disparition

La dessinatrice Denise Millet victime du coronavirus

Denise Millet était une illustratrice et coloriste reconnue dans le secteur jeunesse, et notamment pour ses publications dans le groupe Bayard.

Victime du Covid-19, la dessinatrice, coloriste et illustratrice Denise Millet est morte à l’âge de 86 ans, a annoncé sur twitter son petit-fils Pierre Millet, le 28 mars.
 

Avec Claude, son époux qu’elle a rencontré en étudiant le dessin aux Arts décoratifs de Paris, ils ont fourni une œuvre pléthorique dans la publicité, la communication, le cinéma (l’affiche de Je hais les acteurs avait été nommée au César de la meilleure affiche), l’édition et la presse, pour le groupe Bayard (de Astrapi à Okapi en passant par J’aime lire).

Le duo a notamment conçu les deux jumeaux Pic et Pik, avec la complicité de Paul Martin, bande dessinée parue dans le bimensuel Astrapi dès 1992. On y retrouve un trait clair, des couleurs pastels et contrastées et le goût pour la pédagogie par l’humour.

Dans Filotéo, un autre magazine du groupe, puis en albums chez Bayard Jeunesse, ils ont été les auteurs de BD biographiques sur Martin Luther King et Saint-Pierre.

Chez Gallimard Jeunesse, ils ont aussi signé Le cirque et Le château fort dans la collection « Mes premières découvertes », ou illustré Yacouba, chasseur africain, de Ahmadou Kourouma, chez Folio Junior. Chez Nathan, ils ont dessiné Le vampire qui avait mal aux dents, d’Ann Rocard, chez Père Castor Flammarion Danser ? Non merci, d’Adèle Geras, et chez Albin Michel jeunesse La vue et les couleurs, de Pascal Desjours.

On leur doit également des ouvrages comme La rentrée des mamans, de Joe Hoestland, Un petit loup de plus, de Marie-Hélène Felval, ou La charabiole et Les Pâtacolors, j’adore!, de Fanny Joly, tous chez Bayard poche.

Parmi les deniers ouvrages qu’ils ont illustrés, citons Hors jeu, de Roland Godel (Bayard Jeunesse) ou encore Ecoute les bruits du cirque, de Delphine Gravier-Badreddine (Gallimard Jeunesse).
close

S’abonner à #La Lettre