Grand prix des librairies 2021

La librairie du Renard : Un travail de dentelle

Les libraires n'ont cessé de s'adapter aux différentes situations qu'a rencontrées la librairie en temps de pandémie. - Photo MICHEL PUCHE

La librairie du Renard : Un travail de dentelle

La librairie de Paimpol en Bretagne a remporté le Grand prix 2021.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécile Charonnat,
Créé le 28.09.2021 à 09h00,
Mis à jour le 28.09.2021 à 10h00

Si le choix des lauréats dans les différentes catégories composant le Grand prix Livres Hebdo des librairies s'est révélé finalement assez rapide, l'unanimité se dessinant sur un dossier, le Grand prix, la catégorie reine, a suscité de plus âpres discussions. Une heure durant, l'échange des arguments est allé bon train, qui mettant en avant le symbole ou le panache, qui plaidant pour la belle histoire, qui défendant la qualité du travail sur la longueur ou se faisant l'apologue des fondamentaux du métier. Et c'est au terme d'un débat passionnant et cordial que la librairie du Renard, à Paimpol, s'est imposé d'une courte tête.

La librairie du Renard, à Paimpol. - Photo DR

Discrète et sobre à l'image de ses fondateurs, Valérie et Benoît Le Louarn, la librairie a su convaincre par la solidité de son projet et de son travail quotidien dans une zone rurale et modeste financièrement. Créé en 2004, Le Renard affiche un bilan qui force le respect. Parti avec une formation plus que sommaire et une certaine inconscience, le couple s'installe sur 70 m2 et implante 5 000 références dans une ville qui compte, hors vacances scolaires, 7 000 habitants. Dix-sept ans plus tard, la surface de vente et le nombre de références ont triplé, le chiffre d'affaires a plus que quadruplé, trois emplois ont été créés et la librairie présente des ratios économiques exemplaires. Dans la profession, tout le monde connaît désormais Le Renard et attend notamment chaque fin novembre avec intérêt et gourmandise que la librairie paimpolaise dévoile sa nouvelle vitrine de Noël.

Valérie Le Louarn, au centre, entourée d'une partie de l'équipe.
à gauche Elsa Patout,
à droite Aude Poitevin. - Photo DR

Mouvement perpétuel

Ce succès, Valérie et Benoît Le Louarn le doivent à un travail acharné sur les fondamentaux du métier et à une rigueur sans faille appliquée à tous les postes de la librairie. Gestion - les tableaux de bord sont remplis quotidiennement -, rangement, aménagement, design, ergonomie, tout est toujours réfléchi, anticipé, pensé pour faciliter le travail des libraires et s'adapter aux clients. Très prescriptrice, la librairie est aussi capable de porter ses choix, affirmés et souvent atypiques, à grande échelle. Mais la réussite du Renard repose également sur la stratégie du mouvement perpétuel. Pour maintenir en alerte les clients, tout bouge tout le temps et pas une année ne se passe sans que le couple n'investisse et fasse évoluer le magasin, que ce soit en changeant le mobilier, l'organisation des rayons ou les éclairages, voire en s'agrandissant.

Dix-sept ans plus tard, la surface de vente et le nombre de références ont triplé. - Photo DRDR

Fidèles à leur stratégie, ils n'ont cessé de s'adapter aux différentes situations qu'a rencontrées la librairie en temps de pandémie. L'assortiment et sa mise en scène ont été remaniés au fil des demandes des clients. Les fonds en jeunesse, fiction et sciences humaines ont été étendus, la BD entièrement réorganisée pour être toujours plus visible et lisible. Le parcours des clients a été repensé à l'aune des contraintes sanitaires tout en privilégiant la modularité et la fluidité. Ayant constaté que le sens unique de circulation avait la vertu d'obliger les clients à passer par presque tous les rayons de la librairie, le couple a décidé de le conserver.

Benoît Le Louarn, au centre, entouré d'une partie de l'équipe. - Photo DR

Connaisseur de la vidéo grâce à son précédent métier, Benoît Le Louarn a également mis sur pied la TV Renard à l'occasion du deuxième confinement. Quasiment chaque soir, la librairie était transformée en petit studio pour filmer les coups de cœur des libraires et leurs sélections thématiques ou liées à l'actualité. Certes abandonné faute de temps et d'espace, le dispositif a toutefois donné des idées aux libraires qui ont investi dans un fond vert. Les rencontres devraient donc prochainement être « streamées » et de nouvelles animations en ligne inventées.

 

L'avis du jury

Comme lecteur, comme fou de librairies, je donnerais beaucoup pour habiter du côté de la rue de l'Église, à Paimpol, pas trop loin du Renard ! À chaque fois, le jury entrait dans les dossiers de candidature comme on pousse une porte, en regardant tout autour, les yeux écarquillés. Au moment où ont commencé les discussions sur le Grand Prix, tous ces lieux nous semblaient familiers. Il y avait déjà eu plusieurs heures d'échanges autour des autres catégories et une librairie nous avait semblé être dans un état de vigilance sur à peu près tous les sujets : le travail permanent sur le fonds, sur l'espace, l'attention aux goûts du lecteur, la capacité à se réinventer, à rebondir quand le monde change. Depuis les vitrines virtuelles en vidéo dans les moments confinés, jusqu'aux trois grandes vitrines réelles, toujours si créatives, la librairie s'est imposée pour cette attention panoramique aux détails. Oui, on irait bien rôder tous les jours au Renard, dans la rue de l'Église, à Paimpol...
 
Le chiffre d'affaires a plus que quadruplé en 17 ans. - Photo DR

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités