Paris

La médiathèque de La Canopée aux Halles : un établissement nouvelle(s) génération(s)

La médiathèque de La Canopée aux Halles : un établissement nouvelle(s) génération(s)

Dans le forum des Halles entièrement rénové, inauguré mardi 6 avril par la maire de Paris, Anne Hidalgo, le dernier équipement de lecture publique parisien propose un nouveau modèle de bibliothèque, plus participatif et plus à l’écoute des usagers.

J’achète l’article 1.50 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 05.04.2016 à 17h48,
Mis à jour le 07.04.2016 à 18h55

Mardi 5 avril, le dernier-né des établissements de lecture publique parisien ouvrira ses portes dans le forum des Halles entièrement transfiguré au terme de 5 ans de travaux. Dans ce vaste complexe de 14000 m2, inauguré ce même jour par la maire de Paris, Anne Hidalgo, la médiathèque de La Canopée-La Fontaine repose sur un projet d’établissement qui ambitionne de renouveler en profondeur l’offre et l’image de la bibliothèque traditionnelle.
 
"Nous avons cherché à reproduire les différentes manières dont les gens s’emparent des pratiques culturelles aujourd’hui plutôt que de plaquer un modèle de bibliothèque classique, figé, qui ne leur correspond plus vraiment, comme en témoigne l’érosion de la fréquentation qui touche les bibliothèques en France", explique Romain Gaillard, directeur de médiathèque de La Canopée-La Fontaine.
 
A son arrivée à la tête du futur établissement en mars 2013, le jeune et dynamique directeur décide d’infléchir le projet d’origine, centré sur les 18-35 ans, pour créer un lieu convivial, largement ouvert à tous les publics, offrant de nouvelles formes de médiation. Le programme s’est appuyé notamment sur les travaux du sociologue Claude Poissenot, ainsi que sur des études sociologiques sur le quartier et sur les résultats d’un focus groupe d’usagers constitué en mars 2015 autour de la question: "qu’attendez-vous d’un équipement culturel?".
 
Trois ambiances différenciées

Située au 1er étage et déployée sur 1200 m2, la médiathèque est organisée en trois espaces principaux: à l’entrée, l’espace "3C" (connecté, créativité, convivialité) est consacré aux animations et aux ateliers. Il regroupe 2500 romans de science-fiction et de fantasy, ainsi que 2500 mangas disposés dans un "bar à manga" créé pour l’occasion où des chaises hautes permettent de s’installer pour lire sur le comptoir placé sur le meuble. On peut y boire un café, téléphoner, discuter sans craindre de faire trop de bruit. On y trouve également le fonds spécialisé sur les cultures urbaines qui rassemble 3000 documents, dont 30% en langue anglaise, qui rappelle que les Halles est le lieu historique de l’émergence du hip-hop à Paris.
 
Le deuxième espace, baptisé "Côté jardin" parce qu’il offre à travers sa large baie vitrée une vue panoramique sur l’église Saint-Eustache et le jardin Nelson Mandela, propose une bibliothèque plus classique avec 6000 romans, 4000 ouvrages documentaires, des livres en langues étrangères, des livres audio. La bibliothèque a renoncé à proposer un fonds encyclopédique pour privilégier la vie pratique, les loisirs et la compréhension du monde d’aujourd’hui. L’établissement joue la complémentarité avec les deux autres médiathèques municipales abritées dans le forum des Halles: la médiathèque François Truffaut, spécialisée dans le cinéma, et la médiathèque musicale de Paris. La Canopée-La Fontaine, n’a donc quasiment pas de CD, et son offre de DVD est complémentaire de celle de sa voisine. Elle a aussi, pour les livres imprimés, privilégié la littérature contemporaine, les classiques étant disponibles uniquement en version numérique.
 
L’espace imaginaire, quant à lui, est dédié aux enfants et propose 3000 albums, 1800 romans, 2000 BD et mangas, 1000 DVD.
 
Moins de prescription, plus de participation

Pour mener à bien son projet, l’équipe a modifié ses pratiques professionnelles. Ici, pas de grandes banques d’accueil intimidantes, mais des petites tables triangulaires qui placent sur le même plan le bibliothécaire et l’usager et leur permettent de consulter ensemble les résultats d’une recherche sur Internet, par exemple. Les bibliothécaires ont également prévu de faire du "renseignement mobile", en allant au-devant des lecteurs, un peu à la manière des vendeurs qui vous offrent leur aide quand vous entrez dans un magasin.
 
La bibliothèque, qui est l’un des "pôles sourds" du réseau parisien, va développer un important programme en direction de ce public. Deux personnes de l’équipe, qui compte deux membres sourds, ont appris la langue des signes française (LSF), et tout le personnel a reçu une formation de base lui permettant de dispenser un premier niveau d’accueil. La bibliothèque a prévu de traduire le plus possible ses animations en LSF et de sous-titrer ses vidéos.
 
Avec 42 heures hebdomadaires du mardi au dimanche, la bibliothèque de La Canopée est, avec la médiathèque François Truffaut, l’établissement le plus ouvert du réseau parisien. La grille horaire a pris en compte la sociologie du quartier, très fréquenté par les actifs et dont la population double en journée.
 
La bibliothèque a prévu de travailler en partenariat avec les autres équipements culturels et de loisirs du forum, notamment le conservatoire de musique, le centre d’animation et La Place, lieu dédié au hip-hop et au street art qui compte une salle de spectacle de 400 places.
 
"Le bibliothécaire doit être un facilitateur, favoriser la mise en relation des personnes avec les collections, et avec d’autres personnes qui sont elles-mêmes des ressources, résume Romain Gaillard. Nous voulons faire moins de prescription et chercher à personnaliser le service de manière plus participative."

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités