Maison des écrivains et de la littérature

Le conseil d'administration et l'équipe de la Maison des écrivains et de la littérature (Mél) ont lancé un « appel solennel » affirmant que, en raison de la baisse importante de la subvention attendue de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) d'Ile-de-France, l'association ne pourrait payer ses 11 salariés en mars. « Il nous reste 20 000 euros, nous ne pourrons plus régler dans l'immédiat les interventions des auteurs dans les établissements scolaires, et notre commissaire aux comptes a ouvert une procédure d'alerte », ajoute Sylvie Gouttebaron, la directrice de la Mél.

Créée en 1986, émanation du Centre national du livre (CNL) dont elle a partagé les locaux et qui la finançait en partie, l'association a déménagé en 2008 dans la villa des frères Goncourt appartenant à la Ville de Paris, qui en concède gratuitement l'occupation. Au cœur de sa mission d'actions d'éducation artistique et culturelle, la Mél organise des rencontres entre écrivains et élèves du primaire, du secondaire et étudiants de l'université dans la France entière. Elle propose aussi un centre de ressources et de documentation à ses quelque 600 adhérents, et organise diverses manifestations et rencontres, dont les Enjeux contemporains de la littérature.

C'est autour de cette ambition d'animation de la vie littéraire que les relations se sont tendues, d'abord avec le CNL. Contraint à faire des économies, celui-ci a souhaité limiter sa contribution aux seules rencontres scolaires et universitaires, en diminuant sa subvention, qui est passée de 714 000 euros en 2012 à 550 000 euros l'an dernier, sur un budget de 1,2 million d'euros, dont les salaires représentent près de la moitié des charges. Cette année, la Mél a inspiré une amélioration avec la prise en charge de sa subvention par le ministère de la Culture via la Drac Ile-de-France, mais celle-ci a décidé de limiter son soutien aux seules actions concernant son territoire. Contactée, la Drac a déclaré ne pas être en mesure de répondre, le dossier faisant l'objet d'échanges entre le ministère et les responsables de l'association, présidée par Jean-Yves Masson.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités