Résultats trimestriels

Heureusement pour Lagardère, il y a les livres ! Le groupe a communiqué mardi 27 avril ses résultats pour le premier trimestre 2021. Un chiffre d’affaires (comparé au premier trimestre 2020) en forte baisse : -33,5% à 905 millions d'euros. La baisse est marquée pour le pôle Médias (-8,3%), qui détient notamment Europe 1, Paris-Match et le Journal du Dimanche. Elle est en chute libre pour le retail (-56%), l'activité de distribution dans les lieux de transports subissant de plein fouet l'absence de voyages liée à la crise sanitaire.

Mais elle est en nette hausse pour Lagardère Publishing (et donc Hachette) : +14%. Pour la direction du groupe, il faut y voir « une solide performance tant en France qu’au Royaume-Uni et aux États-Unis. » Alors que la crise sanitaire fait plonger les résultats de la branche Retail, on estime chez Lagardère que les ventes de livres ont certes « bénéficié de la réussite des choix éditoriaux » mais aussi « de l’attrait pour la lecture dans un contexte de confinement prolongé, notamment en France et au Royaume-Uni. »
 
Les ventes dopées en France
 
Au premier trimestre 2021, le chiffre d’affaires de la branche s’élève à 509 millions d’euros, soit +11,6% en données publiées et +13,9% en données comparables. En France, la hausse est encore plus forte (+22,2%) pour le groupe propriétaire, notamment, de Grasset, Fayard, Lattès, Calmann-Lévy et Stock,  Le Livre de Poche, Hachette Education ou encore Albert-René. Selon le groupe, « la croissance est notamment portée par la performance de la littérature générale, de Larousse et de l’Illustré, grâce à la dynamique favorable du Pratique et au succès des rééditions de Lupin et de L’Attaque des Titans » dopées par la diffusion des séries éponymes sur Netflix. A l’inverse, les ventes de guides de tourisme (Le Routard) reculent.

A l’étranger, pilier de l’économie d’Hachette, les chiffres sont contrastés. A la hausse aux Etats-Unis (+9,1%) et au Royaume-Uni (+19,8%) grâce notamment aux romans La chronique des Bridgerton, de Julia Quinn, également adaptés en série télévisée pour Netflix. A l’inverse, on constate une nette reculade en Espagne et Amérique latine (notamment au Mexique) avec une baisse de -11,7% du chiffre d’affaire.

Pour la suite de l’année, un rendez-vous crucial a été fixé au 30 juin avec l’assemblée générale du groupe, décalée de deux semaines par rapport à la date initiale. De son côté, Lagardère Publishing estime que « la dynamique des ventes sera normalisée en 2021 au fur et à mesure de la réouverture des établissements de loisirs et de culture. »

Mauvaise nouvelle pour le groupe, en France du moins : en l’absence d’une réforme scolaire en septembre, il n’y aura pas besoin de renouveler les manuels. A l’inverse, le groupe attend beaucoup de la parution d’un nouvel album d’Astérix, Astérix et le Griffon, tiré à 5 millions d'exemplaires pour sa sortie européenne le 21 octobre.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités