Le Catalan Victor del Arbol remporte le 18e prix SNCF du polar | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 18.06.2018 à 20h45 Proclamation

Le Catalan Victor del Arbol remporte le 18e prix SNCF du polar

Victor del Arbol - Photo DR/MOLLAT

44 000 lecteurs ont élu Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol (Babel Noir) dans la catégorie roman, Bâtard, de Max de Radiguès (Casterman) pour la BD, et Speed dating, de Daniel Brunet et Nicolas Douste pour le court-métrage.

Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol, publié en janvier 2017 dans la collection de poche "Babel noir" (Actes Sud) remporte le 18e prix SNCF du polar dans la catégorie Roman. 44 000 personnes ont voté en ligne, entre le 5 octobre 2017 et le 31 mai 2018, contre 35 000 l’an dernier, soit 20% de plus, pour élire les lauréats des prix SNCF du polar 2018 dans les catégories Roman, Bandes dessinées et Court métrage. Ils ont été dévoilés le 18 juin à la Maison de la radio à Paris, en présence d’auteurs, dessinateurs, réalisateurs et professionnels de la culture.

Mêlant présent et passé, Toutes les vagues de l’océan raconte comment Gonzalo Gil, avocat à la carrière pitoyable sous l’emprise d’un beau-père écrasant et manipulateur, enquête sur les raisons qui ont poussé sa sœur Laura au suicide. Il découvre qu’elle est suspectée du meurtre d’un mafioso russe qui a enlevé son fils et exhume à cette occasion des secrets de famille comme l’histoire de son père, Elias Gil, héros de la Résistance contre le fascisme, jeune ingénieur espagnol qui voyagea dans l’URSS révolutionnaire en compagnie d’autres camarades, puis fut confiné sur l’île de Nazino.

Né à Barcelone en 1968, Victor del Arbol a été séminariste, garde du corps et fonctionnaire dans la police régionale catalane (1992-2012) avant de devenir romancier. Son premier polar, Le poids des morts, est paru en 2006 mais c’est La tristesse du samouraï, publié en 2011, qui lui a valu la reconnaissance du public, best-seller en France (Actes Sud, "Actes Noirs", 2012) et dans une douzaine de pays. Toutes les vagues de l’océan, son quatrième roman, avait déjà été récompensé en France en grand format par le prix de littérature policière 2015 (roman étranger). En 2016, il a remporté le prix Nadal, l’une des principales récompenses espagnoles, pour son dernier livre, La veille de presque tout, sorti dans la collection "Actes Noirs" en janvier 2017.

Toutes les vagues de l’océan est arrivé devant Six jours, de Ryan Gattis (Le Livre de poche), Il reste la poussière, de Sandrine Collette (Le Livre de poche), Le moineau rouge, de Jason Matthews (Points Thriller) et Un fond de vérité, de Sigmunt Miloszewski (Pocket Thriller).

Parallèlement Bâtard, de Max de Radiguès (Casterman) reçoit le prix dans la catégorie BD et Speed dating, de Daniel Brunet et Nicolas Douste (AS&M Prod) gagne dans la catégorie Court métrage.
close

S’abonner à #La Lettre