Le confinement à Wuhan raconté de l’intérieur | Livres Hebdo

Par Pauline Leduc, le 05.05.2020 à 11h10 (mis à jour le 05.05.2020 à 12h00) A paraître

Le confinement à Wuhan raconté de l’intérieur

Auteur de Wuhan confidentiel (Flammarion, 8 mai)

Dans Wuhan confidentiel, Bingtao Chen raconte le quotidien du confinement dans la métropole du Hubei, berceau de la pandémie du Covid-19. 

Le 17 janvier 2020, Bingtao Chen quitte la France pour aller fêter, comme chaque année, le Nouvel An chinois avec les siens à Wuhan, ville dont il est originaire. Quelques rumeurs circulent alors sur un nouveau virus qui ne se transmettrait pas entre humains. Très rapidement, l’insouciance des festivités laisse place à la stupéfaction puis à l’inquiétude lorsque cette ville de 11 millions d’habitants est placée en quarantaine stricte.

Dans Wuhan confidentiel que Flammarion éditera en version numérique le 8 mai, Bingtao Chen relate sans caricature, ces deux mois d’enfermement. L’ouvrage réalisé avec la productrice et auteure-réalisatrice Stéphanie Thomas se lit comme un journal de bord qui mêle réflexions personnelles et description quasi journalistique de la situation. La proximité forcée avec sa famille, les prises quotidiennes de température, l’interdiction de sortie, les check points à chaque coin de rue, les QR codes, les livraisons de paniers alimentaires où l’on ne peut rien choisir et les plans B. Il y évoque la communication du gouvernement chinois et la colère sourde de la population à l’annonce de la mort de Li Wenliang, l’ophtalmologue arrêté par les autorités chinoises pour avoir lancé l'alerte sur le coronavirus, fin décembre.

D’un confinement à l’autre

Ce document apporte aussi un regard particulier sur le confinement à la française. Le 20 mars, alors que Wuhan entame un lent déconfinement, l’auteur parvient à embarquer dans un avion presque vide à destination de Paris où il débute un nouveau confinement. Il est alors stupéfait de découvrir que les Français ne portent pas de masques, se contentent des gestes barrières et que la capitale ressemble au « Paris du mois d’août ». Plus encore, il craint que le gouvernement n’ait appris aucune leçon de l’expérience chinoise.

Le livre, né d’une interview de la journaliste Isabelle Roberts sur le site Les jours, paraîtra en version papier augmentée le 2 septembre, intégrant le récit de la fin du confinement en France.
 
close

S’abonner à #La Lettre