Le développement personnel a le vent en poupe

Boaz TEITELBAUM/CAMERAPRESS/GAMMA-RAPHO

Le développement personnel a le vent en poupe

Avec la crise, psychologues et philosophes populaires ont la cote. Le segment éditorial ne cesse de progresser, particulièrement au format poche.

J’achète l’article 1.5 €

Par Anne Ducrocq ,
avec Créé le 15.04.2015 à 21h00 ,
Mis à jour le 08.05.2015 à 15h07

Le segment du développement personnel est incontestablement celui du poche (voir statistiques p. 60). Chez Larousse, Catherine Delprat, directrice éditoriale au sein du département pratique, entend d’ailleurs consacrer l’année 2014 à muscler son offre à petits prix : «Nous souhaitons être mieux placés en volume sur le marché. Le point mort en poche est aux environs de 3 000 exemplaires, contrairement aux livres chers qui ne sont parfois pas amortis avant 15 000 exemplaires : on ne court pas les mêmes risques. Larousse a le fonds, nous allons donc le travailler en ce sens. »

Mais cette démarche ne s’improvise pas. Le leader du marché du développement personnel, Marabout, a des couvertures coup de poing, pertinentes et bien marketées : la visibilité de 3 kifs par jour de Florence Servan-Schreiber (45 000 exemplaires) était d’ailleurs en partie due à sa couverture et à son titre percutant. Le suivant, en février 2014, sur nos forces cachées, sera dans la même mouvance « punchy » : Power patate. Mais le succès vient d’ailleurs : Marabout demande surtout à ses auteurs d’apporter des réponses précises et concrètes à des problématiques bien cernées.

Les formules éditoriales qui marchent sont celles qui proposent de vrais modes d’emploi et des solutions. Comme les livres simples et concrets de Payot ou Jouvence. Armand Colin s’est lancé cette année sur le marché avec la collection « Expériences de soi ». Forte de l’image de la collection « Pour les nuls », et après les récents Le rirepour les nuls ou La méthode Coué pour les nuls, Marie-Anne Jost-Kotik, directrice éditoriale du pôle références chez First, affiche aussi désormais la volonté d’aborder des sujets plus délicats comme Vivre le deuil pour les nuls. Gonflé !

Bien qu’il y ait quelques inévitables embouteillages sur des sujets porteurs, chaque éditeur a plus ou moins trouvé son champ d’expression pour être repéré par les libraires. InterEditions fait dans le livre psy solide et dans la recherche de nouvelles approches. Hélène de Castilla, éditrice de la marque de Dunod, aime notamment prendre le contre-pied des idées courantes et cherche à sortir les lecteurs de ce qui les ligote. Jetez-vous à l’eau ! de Richard Wideman est ainsi basé sur une approche comportementale : plutôt que de réfléchir des heures avant d’agir, agissez et vous ajusterez ensuite ! Quant au Petit manuel anti-prise de tête de Christophe Lunacek et Jean Rambaud (février 2014), il est bâti sur la théorie des renversements psychologiques de la méthode Apter qui montre que nous ne sommes jamais piégés par nos humeurs et que l’on peut toujours les renverser.

Des livres utiles.

La palme du livre en adéquation avec le marché revient à J’arrête de râler ! de Christine Lewicki (Eyrolles), qui vient de dépasser les 100 000 exemplaires… J’arrête de râler sur mes enfants (et mon conjoint) en est déjà à 12 000 exemplaires en cinq mois. «La clé du succès de ces livres est la méthode - 21 jours pour se sevrer d’une habitude - qui s’appuie sur les connaissances des neurosciences. Je n’ai pas envie de faire des table books mais de proposer des livres utiles à 100 %, avec une promesse accessible et des exercices », commente Gwénaëlle Painvin, responsable d’édition. Même sur un sujet plus concurrentiel comme J’arrête de stresser (mars), elle en est à 10 000 exemplaires. Quatre titres dans la collection « J’arrête de » paraîtront au premier trimestre 2014.

First publie en novembre un J’arrête de stresser ! pour les nuls sous forme de coffret cylindrique avec un livre de sophrologie, un CD de relaxation et une balle anti-stress. Un marketing joyeux. Le livre-objet a aussi convaincu Larousse qui lance pour la fin d’année, par exemple, un petit livre en forme de flacon d’huile essentielle. On ne compte plus les livres CD qui apportent un réel plus en invitant à l’expérience. Ainsi de Manger en pleine conscience de Jan Chozen Bays (Les Arènes), Une lueur dans l’obscurité de Jack Kornfield (Belfond, « L’esprit d’ouverture », novembre) ou encore Méditations sur l’amour bienveillant de Fabrice Midal (3 CD chez Audiolib). Le philosophe et maître de méditation bouddhiste est en ce moment incontournable. Son Frappe le ciel et écoute le bruit : ce que 25 ans de méditation m’ont appris (Les Arènes, janvier) devrait être médiatique car l’auteur est reconnu et professe simplement… ce qu’il pratique.

La philothérapie à la mode.

En développement personnel, les tendances s’installent. Jouvence, le premier éditeur de la méthode Hooponopono (100 000 exemplaires), en sait quelque chose. Le phénomène ne s’est pas tari, même si aujourd’hui la célèbre méthode hawaïenne a été abordée également ici et là par ses concurrents. Quel libraire n’a pas aujourd’hui son rayon dans ce domaine ? Jouvence ne perd pas la main : pour ceux qui souhaitent aller plus loin, il publie pour la fin de l’année Huna, à la source d’Ho’oponopono de Serge Kahili King. Et les meilleurs extraits de la sagesse de Don Miguel Ruiz paraissent sous forme de livres cadeaux.

Autre sujet durable, la philosophie populaire. En 1992 naissait au café des Phares, place de la Bastille à Paris, le premier « café-philo » organisé par Marc Sautet, docteur en philosophie ayant ouvert également un cabinet de consultations philosophiques. Vingt ans plus tard, Montaigne est le coach à la mode. Comment vivre ? Une vie de Montaigne de Sarah Bakewell (Albin Michel, 20 000 exemplaires), mais surtout Un été avec Montaigne d’Antoine Compagnon (Equateurs-France Inter, 110 000 exemplaires) ont amplifié un courant qui s’amorçait déjà. Voici venir la « vague philo ». La philothérapie est devenus un outil de développement personnel.

L’offre abonde. Du salon zen d’octobre 2013, qui proposait des « midis philosophiques », à la presse spécialisée (Philosophie magazine, Philosophie pratique), des hors-séries d’hebdomadaires généralistes jusqu’aux éditeurs, tous demandent aux philosophes d’éclairer la voie du quotidien. On trouve des collections - les « Pilules philosophiques » qui agissent contre le stress aux éditions de l’Opportun, « Petite philosophie de » (la gentillesse, du bonheur, de l’amour…) chez First, mais aussi, pour la fin de l’année, Zapping philo : petites leçons de philosophie tirées de l’actualité de Francis Métivier (Le Passeur), Exercices spirituels : leçons de philosophie contemporaine de Xavier Pavie aux Belles Lettres… En attendant le prochain titre d’Alexandre Jollien, l’un des philosophes préférés des Français, on pourra se ruer cet hiver sur le nouveau livre de Martin Steffens, La vie en bleu (Marabout, février) : le jeune philosophe de Metz ne parle pas en « barbon qui sait » mais tente de redonner à la vie sa couleur véritable : non point le rose mièvre ou le noir qu’on broie, mais le bleu d’hématome, de travail ou d’horizon.

Le bonheur au travail.

La crise passant par là, la mobilité professionnelle n’est plus ce qu’elle était. Alors autant faire contre mauvaise fortune bon cœur et apprendre à aimer le travail que l’on a. La niche du bien-être au travail a visiblement de beaux jours devant elle. Du Bonheur au travail de Dominique Glocheux (Leduc.s) à Méditer au travail de Michael Chaskalson (avec CD) qui vient de sortir aux Arènes (déjà 8 000 exemplaires) ; de Se réinventer au travail (Solar, janvier) à La sophrologie au travail et autres techniques pour rester zen (avec CD, Le Passeur), de Se reconstruire après un burn-out : les chemins de la résilience professionnelle de Sabine Bataille à Pratiquer laCNV [communication non violente ] au travail de Françoise Keller (tous les deux chez InterEditions) ; de la fable du Petit Prince au bureau de Borja Vilaseca (L’Opportun) à Un conseil détente au bureau par jour, 2014 (Hugo et compagnie, octobre), on ne compte plus les parutions, notamment en poche, sur ce sujet porteur. A croire que le travail… ce n’est pas la santé !

Une autre niche émerge : celle du bien-être des enfants. Le succès de Calme et attentif comme une grenouille d’Eline Snel (Les Arènes, 50 000 exemplaires avec davantage de ventes en 2013 qu’en 2012) agit comme un signal. Il ne serait pas étonnant que des adultes de plus en plus attentifs à leur bien-être cherchent à transmettre cela.

Les dernières
actualités