Etranger

Le difficile essor de l’édition numérique dans le monde arabe

La Foire du livre d'Abu Dhabi 2014 - Photo (c) Foire du livre d'Abu Dhabi

Le difficile essor de l’édition numérique dans le monde arabe

Absence de standards pour les typographies arabes et de système de paiement en ligne, actes de piraterie, censure… Lors de la Foire du livre d’Abu Dhabi, des éditeurs ont fait état des obstacles au développement du numérique dans les pays arabes, et proposé des mesures pour dynamiser ce secteur qui permettrait selon eux de lutter contre la censure.

J’achète l’article 1.5 €

Par Manon Quinti ,
Créé le 21.05.2014 à 20h04

L’Alliance internationale des éditeurs indépendants a fait le compte-rendu dans un communiqué daté du 12 mai de l’atelier sur l’édition numérique dans le monde arabe qu’elle a organisé du 30 avril au 3 mai lors de la Foire internationale du livre d’Abu Dhabi.
 
Treize éditeurs indépendants et experts numériques d’Argentine, de Jordanie, d’Égypte, des Émirats Arabes Unis, du Liban, de la Syrie et de la Tunisie se sont réunis pour confronter leurs expériences. De ces discussions ressort un même constat : l’édition numérique dans ces pays rencontre de nombreux obstacles. Et ce, dès la fabrication des fichiers ePub. L’absence de standards pour les typographies arabes entraîne une lenteur lors de la lecture.

Pour les éditeurs, un important travail reste à effectuer par les bibliothèques nationales et donc par les pouvoirs publics pour unifier les métadonnées. Un article publié sur le site de Publishing Perspectives aborde les progrès de l’Egypte dans ce domaine : les plateformes d’e-books se développent et le format ePub3, nécessaire à une lecture de qualité des caractères arabes, est de plus en plus adopté.

Les bibliothèques nationales appelées à acheter davantage d'ouvrages numériques
 
Concernant la commercialisation et la distribution des ouvrages numériques, les éditeurs ont appelé là aussi les bibliothèques nationales à soutenir les éditeurs indépendants en achetant plus d’ouvrages numériques en arabe et en les aidant à numériser leurs fonds éditoriaux, "un patrimoine essentiel qu’il convient de préserver", précise le communiqué.
 
Enfin, les éditeurs ont abordé la question de la piraterie, une des conséquences des difficultés qu’ils rencontrent pour commercialiser leurs ouvrages, étant donné l’absence de système de paiement en ligne dans plusieurs pays arabes.

Les éditeurs ont souligné l’importance d’interpeller les pouvoirs publics et les banques nationales à ce sujet. Pour eux, l’édition numérique doit être soutenue en tant que moyen de contourner la censure : l’enjeu est aussi celui de la liberté d’expression - aussi bien des libéraux que des fondamentalistes.

Ces pistes spécifiques seront développées par le Labo numérique de l’Alliance, un site destiné à accompagner les éditeurs dans leurs expérimentations numériques. Parmi les outils prévus : la réalisation de tutoriels vidéo sur la fabrication de livres numériques en arabe et le partage des informations sur les formations gratuites dont les éditeurs peuvent bénéficier.

Les dernières
actualités