Grands prix d'automne 2021

Le Femina 2021 pour Clara Dupont-Monod, Ahmet Altan et Annie Cohen-Solal

Clara Dupont-Monod au Musée Carnavalet pour le prix Femina 2021 - Photo TG / LH

Le Femina 2021 pour Clara Dupont-Monod, Ahmet Altan et Annie Cohen-Solal

Les jurées du Femina ont donné, lundi 25 octobre, le coup d'envoi aux proclamations des grands prix d'automnne en couronnant Clara Dupont-Monod. Ahmet Altan remporte le Femina étranger et Anne Cohen-Solal, le Femina essai pour son ouvrage sur Picasso, artiste immigré et précaire. Ce dernier avait été retiré de la dernière sélection.

Par Isabel Contreras,
Créé le 25.10.2021 à 13h34,
Mis à jour le 25.10.2021 à 16h41

Présidé par Josyane Savigneau, le jury du Femina a proclamé, lundi 25 octobre, ses trois récompenses depuis la salle des enseignes du musée Carnavalet.

Le prix Femina a été remis, au huitième tour, à Clara Dupont-Monod pour S'adapter (Stock) par six voix contre 4 à Thomas B. Reverdy (Climax, Flammarion). Jean-Baptiste del Amo (Le fils de l’homme, Gallimard) a également reçu des voix.
 
« Cette année, nous avons eu envie de couronner une femme, a expliqué Josyane Savigneau. Il se trouve que de très bons romans de cette rentrée ont été écrits par des femmes,et ce n'est pas de la discrimination positive, on est le Femina, pourquoi aller chercher un homme ? »
 
 
Autobiographique


Clara Dupont-Monod présente dans S'adapter une famille dans les Cévennes,  bouleversée par la naissance d'un enfant handicapé. Elle parle ici de son petit frère, polyhandicapé. Elle raconte son existence à travers le regard de la fratrie. Si l'aîné s'attache profondément à ce frère différent et fragile, la cadette se révolte et le rejette. « Je dédie ce prix à tous ces êtres différents qu’on ne voie pas assez, a déclaré, visiblement émue, Clara Dupont-Monod au musée Carnavalet. Je le dédie aussi à leurs frères et sœurs, tenez bon ! »
 
Son livre, distingué également par le prix Landerneau, s'est déjà écoulé à plus de 10 000 exemplaires, selon GFK.

Diplômée en ancien français, Clara Dupont-Monod a été nommée directrice littéraire en charge de la non-fiction chez JC Lattès en 2019. Également journaliste, elle a été reporter, grand reporter, puis rédactrice en cheffe de différents magazines. Elle a notamment présenté l'émission littéraire "Clara et les chics livres" et animé une chronique littéraire dans "Si tu écoutes, j'annule tout", devenu depuis "Par Jupiter !" sur France Inter. Depuis la rentrée, elle présente chaque dimanche sur cette antenne "Livre et châtiment".

 
Clara Dupont-Monod au Musée Carnavalet pour le prix Femina 2021 - Photo TG / LH

Ecrit en prison


Le prix Femina étranger a récompensé dès le premier tour (huit voix contre une) Ahmet Altan pour Madame Hayat traduit par Julien Lapeyre de Cabanes (Actes Sud). Également distingué par le prix Transfuge du meilleur roman européen 2021, ce livre revient sur l'histoire de la passion amoureuse de Fazil pour madame Hayat, une femme voluptueuse d'âge mûr. "Dans cette Turquie patriarcale et conservatrice, (Madame Hayat NDLR) sort d'autant plus du lot qu'elle était libre. Sans compromis ni révolte, et à chacun de nos frôlements, sa liberté devenait la mienne" écrit dans Livres Hebdo la critique Kerenn Elkaim.
 
Écrivain et journaliste, Ahmet Altan a écrit ce roman en prison. Arrêté en septembre 2016, il avait été condamné à la prison à vie en février 2018 pour "tentative de renversement de l’ordre constitutionnel". Rejugé après une première annulation de son procès par la cour de cassation, il avait été condamné en novembre 2019 à 10 ans et demi de prison. I
 
Il a été remis en liberté le 14 avril. Dans une vidéo de remerciement adressé au Femina, Ahmet Altan a dédié ce « prix à toutes les femmes turques et kurdes injustement emprisonnées, pour des raisons politiques, au cours de ces années passées avec Madame Hayat. (…) Je voudrais que comme Madame Hayat, aussi longtemps qu’elle sera libre, ces femmes puissent respirer le parfum de la liberté ».


Le dossier Picasso


Enfin, le Femina essai a distingué Un étranger nommé Picasso: dossier de police n° 74664 (Fayard, avril 2021) d'Annie Cohen-Solal. Cet ouvrage revient sur les pièces de ce dossier et sur la façon dont il reflète les événements du siècle. Le livre avait été retiré de la dernière sélection. Pour avoir omis de signaler son changement de résidence en France, Picasso avait, en effet, été signalé à la police française qui constitue un dossier d'étranger et celui-ci le suit jusqu'à sa demande de naturalisation en 1940.


L'auteure a aussi dirigé Picasso l'étranger, catalogue de l'exposition qui s'ouvre au Musée de l'histoire de l'immigration le 4 novembre. Fayard, en coédition avec le Musée Picasso et le Musée de l'histoire de l'immigration, sortira l'ouvrage le 3 novembre.


Le jury du prix Femina se compose de Nathalie Azoulai, Evelyne Bloch-Dano, Claire Gallois, Anne-Marie Garat, Paula Jacques, Christine Jordis, Scholastique Mukasonga, Mona Ozouf, Danièle Sallenave, Josyane Savigneau et Patricia Reznikov. Le Femina des lycéens sera décerné jeudi 2 décembre.

L'an dernier, Serge Joncour a été distingué pour Nature Humaine (Flammarion) tandis que Deborah Levy a reçu le Femina étranger pour Ce que je ne veux pas savoir et Le coût de la vie, traduits par Céline Leroy (Sous-sol). Le Femina essai est revenu à Christophe Granger pour Joseph Kabris ou Les possibilités d'une vie, paru chez Anamosa.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités