Le FIBD réclame l'indépendance du Festival d'Angoulême | Livres Hebdo

Par Amélie Boutet, le 23.02.2017 à 18h35 (mis à jour le 23.02.2017 à 22h14) Bande dessinée

Le FIBD réclame l'indépendance du Festival d'Angoulême

L’Association propriétaire du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, et la société 9eArt+, qui organise l'événement, demandent la modification des statuts de la nouvelle Association pour le développement de la bande dessinée à Angoulême, créée mardi 21 février par les pouvoirs publics et les éditeurs.

Propriétaire du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, qu'elle a fondé en 1974, l'Association du FIBD, et son prestataire pour l'organisation de la manifestation, la société 9eArt+, demandent au ministère de la Culture, jeudi 23 février dans un communiqué, de faire modifier les statuts de l’Association pour le développement de la bande dessinée à Angoulême créée mardi par l’Etat, les collectivités locales et les organisations professionnelles des auteurs et des éditeurs et présidée par Bruno Racine, ancien président de la Bibliothèque nationale de France.

Revendiquant "l'indépendance" du festival, l'Association du FIBD et 9eArt+ estiment que la nouvelle association "qui prétend passer des conventions avec la structure organisatrice du festival, n’offre pas les conditions à même de garantir l’indépendance éditoriale de celui-ci. Le festival, devenu aujourd’hui l’un des événements majeurs du paysage culturel français, est issu d’une initiative citoyenne associative, rappellent-ils. (…) Même si certains incidents ont pu émailler son histoire, et alors même que l’édition 2017 du festival peut être qualifiée objectivement de succès, rien ne peut venir justifier une action qui revêt les allures d’une tentative de prise de contrôle de la manifestation".

Le FIBD demande une restriction du périmètre de la nouvelle association

Aussi, assurant vouloir favoriser "le plus grand rayonnement de la manifestation et sa pérennisation", et garantir "le plein respect de l'indépendance éditoriale du festival", l’Association du FIBD et 9eArt+ demandent que l'objet de la nouvelle association soit modifié de telle sorte qu'elle se contente
- "de développer et de promouvoir la bande dessinée (...) ;
- de réunir les partenaires publics et les professionnels du secteur de la bande dessinée afin de définir, de façon partagée et coordonnée les orientations stratégiques de ce secteur, de valoriser, dans le domaine de la bande dessinée, la création actuelle et d’encourager la création future dans toutes ses composantes et de développer des actions de sensibilisation en direction de tous publics ;
- de soutenir le Festival International de la Bande Dessinée en recherchant les meilleures synergies avec l’Association du FIBD, propriétaire du Festival, et son opérateur assurant l’organisation, la programmation et/ou la gestion du Festival dans le but de favoriser le plus grand rayonnement de la manifestation et sa pérennisation"
;
- et "d’être un lieu de concertation où s’organise sous l’égide du Ministère de la Culture, le débat entre les différents acteurs participant au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême et ce, dans le respect des prérogatives de chacun, afin de traiter de façon collégiale des sujets stratégiques dans le plein respect de l’indépendance éditoriale du Festival".
close

S’abonner à #La Lettre