Le groupe Fnac Darty retrouve la croissance en mai | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 17.06.2020 à 18h21 (mis à jour le 17.06.2020 à 19h00) Résultats

Le groupe Fnac Darty retrouve la croissance en mai

Les luminaires de la Fnac franchisée de la gare de Metz. - Photo FNAC

Après avoir souffert lourdement au mois d'avril, malgré un fort dynamisme des ventes en ligne, le groupe Fnac Darty a vu ses ventes progresser en mai, notamment en France, belgique, Luxembourg et Suisse. Une reprise plus douce qu'attendue et qui n'a pas profité au segment "Livre".

Après un premier trimestre dans le rouge et un mois d'avril "meurtrier", le groupe Fnac Darty a pu célébrer un joli mois de mai. Le distributeur a enregistré une perte de 51,4% de son chiffre d'affaires en avril par rapport au même mois l'an dernier. En mai, il a affiché une légère hausse de 0,5% par rapport au moi équivalent en 2019, mais de 4,3% en France et en Suisse et de 6,3% au Bénélux.

Depuis le début de l'année, le groupe a réalisé 2,211 milliards de chiffre d'affaires, soit une forte baisse de 14,4%. Si au Bénélux, la contraction n'est que de 6,8%, elle est plus forte en France et Suisse (-14,3%) et surtout dans la Péninsule Ibérique (-22%).

Une perte de plus de 100M€ prévue au premier semestre

"La crise du COVID-19 devrait avoir un impact négatif matériel sur le résultat opérationnel courant du 1er semestre, du fait d’une perte de chiffre d’affaires estimée à environ 400M€, d’une baisse matérielle du taux de marge brute avec un effet mix produits et services défavorable, lié notamment à un taux d’attachement des services sur le canal Internet structurellement plus faible et impacté par la baisse du trafic magasin, tout comme la catégorie des produits éditoriaux" indique le bilan bimestriel du groupe. "Ainsi, le résultat opérationnel courant devrait être en retrait de -100M€ à -120M€ au 1er semestre 2020, par rapport au 1er semestre 2019 qui s’établissait à 46M€ hors activités aux Pays Bas et hors Nature & Découvertes" précise-t-il.

Les plateformes de e-commerce ont cependant limité la chute des ventes liées à la fermeture des magasins dans ses différents marchés. Si les magasins représentent habituellement 80% du C.A, les ventes en ligne ont bondit de 160% durant le confinement. Le Groupe a ainsi multiplié par 4 les livraisons à domicile sur la période. La base de clients fidèles a continué de se renforcer avec 1 million de nouveaux clients identifiés et 120 000 nouveaux adhérents Fnac+ sur la période. Enfin, le Groupe a enregistré plus de 100 millions de visiteurs uniques pendant la période, avec un taux de conversion en hausse significative.

"Le segment du Livre reste en fort retrait"

"Le Livre et les services ont été très pénalisés, ces segments étant particulièrement liés au trafic magasins physiques" souligne le groupe, qui a surtout constaté le dynamisme de l'électroménager, des produits techniques (informatique) et du jeu vidéo. "

Depuis le 11 mai, la reprise semble encourageante, avec une croissance de +10% du chiffre d’affaires magasins constants du 11 mai au 31 mai 2020, portée par un taux de conversion et un panier moyen élevés malgré des baisses de trafic matérielles. La Fnac et Darty ont cependant été énalisés par la fermeture des grands centres commerciaux qui se prolongeaient en mai.

Le groupe est aussi handicapé par la persistence des mauvaises performances dans la Péninsule Ibérique, notamment parce que le confinement était toujours actif en Espagne.

En parallèle, la forte croissance des ventes en ligne s’est poursuivie du 11 mai au 31 mai à près de +110%. Mais là encore "le segment du Livre reste en fort retrait" pour cette période.

Le Groupe reste prudent sur la performance de ses marchés au 2ème semestre qui dépendra de la reprise de la consommation à la sortie de l’état d’urgence sanitaire, de l’évolution du mix produits/services. Le caractère toujours incertain à date de ces éléments ne permet pas à Fnac Darty de communiquer ce jour des objectifs financiers pour l’année 2020. Le Groupe reste très attentif à sa situation de trésorerie et réalise un plan d’ajustement de ses dépenses d’investissement en 2020 qui devraient s’établir à un niveau inférieur à 100M€, tout en préservant ses projets prioritaires autour du e-commerce, de la digitalisation et des services. 
close

S’abonner à #La Lettre