Nancy

Le Livre sur la place 2020 brave la pandémie

Le Livre sur la place 2020 - Photo OLIVIER DION.

Le Livre sur la place 2020 brave la pandémie

La 42e édition du Livre sur la place s'est ouverte, le 11 septembre à Nancy, avec un programme aménagé. Le public, bien moins nombreux, a rempli toutefois les demi-jauges. C'est la première grande manifestation de la rentrée littéraire qui a lieu en présence d'un public depuis le début de l'épidémie de coronovirus.

J’achète l’article 1.50 €

Par Isabel Contreras,
à Nancy,
Créé le 14.09.2020 à 17h20,
Mis à jour le 17.09.2020 à 10h42

A Nancy, Le Livre sur la place sous Covid, ce sont des auteurs qui dédicacent leurs livres derrière des vitres en plexiglas, un public masqué qui ne cesse d'appuyer sur des distributeurs de gel hydroalcoolique, et une place de la Carrière sans chapiteau. Si ces nouvelles conditions ont pu refroidir certains de se rendre, dès vendredi 11 septembre, à la 42e édition de la grande manifestation littéraire de la rentrée, d'autres ont bien répondu présent durant le week-end.

"C'est super qu'un festival aussi important soit maintenu malgré la pandémie", réagit Sasha, étudiant en prépa au lycée Henri Poincaré, qui s'apprêtait samedi à acheter une pile de livres au Hall du livre. La veille, il a participé avec sa famille à l'enregistrement en direct de l'émission de France Inter, "Le Masque et la plume". "Comme il y a moins de monde que d'autres années, on a pu discuter à bâtons rompus avec Jérôme Garcin. Cette nouvelle configuration permet des moments privilégiés avec les écrivains", déclare-t-il.
 
Dédicace de Jacques Weber à Nancy - Photo OLIVIER DION
En effet, les contraintes sanitaires ont poussé les organisateurs du festival à réduire de moitié la jauge des salles. A l'Opéra national de Lorraine, 400 personnes étaient admises au lieu de 1000, à l'Hôtel de ville 150 au lieu de 300. Les participants se sont inscrits en ligne sur la billeterie gratuite du festival et la plupart des rencontres affichaient complet avant même l'ouverture de l'évènement. A l'intérieur de l'Hôtel de ville, l'actrice et romancière Isabelle Carré (Du côté des Indiens, Grasset) salue aussi cette édition plus confidentielle. "La rencontre avec le lecteur est d'autant plus émouvante, confie-t-elle après sa séance de dédicaces. Le plaisir est décuplé car cela fait des mois qu'on s'est pas vus."

Les libraires, eux, se félicitent du maintient de l'édition même s'ils savent que leur chiffre d'affaires ne sera pas aussi important que les années précédentes. "C'est une joie de revoir les auteurs", réagit Stéphane Godefroid, gérant de la librairie La parenthèse. Il a réalisé samedi 12 septembre le même chiffre d'affaires que le samedi précédent alors qu'il avait reçu en dédicace cinq auteurs parmi lesquels Bastien Vivès. Pour Marc Didier, gérant de la librairie Didier, "on espère qu'il y aura un transfert du chiffre d'affaires (perçu lors d'une édition classique du Livre sur la place) sur les deux week-end de septembre et courant". Pour l'heure, les séances de dédicaces s'avèrent courtes, les acheteurs se montrant assez frileux. "La présence des flâneurs nous manquent", admet la Commissaire générale de la manifestation, Marie-Madeleine Rigopoulos qui tient tout de même à préciser: "Nous donnons la possibilité à ceux qui viennent de participer à la fête du livre et à ceux qui ne viennent pas de leur montrer que la culture est encore présente dans leur vie".

Le Livre sur la place se tient jusqu'au 20 septembre.





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités