Bilan

Le marché du livre numérique progresse de 45%, mais reste marginal

Photo O. DION

Le marché du livre numérique progresse de 45%, mais reste marginal

Selon le bilan annuel de GFK, la hausse des ventes de livres numériques reste inférieure aux prévisions et ne compense pas le repli global du marché du livre, qui reste néanmoins le plus résistant parmi les biens et loisirs culturels.

J’achète l’article 1.50 €

Par Hervé Hugueny,
Créé le 05.02.2015 à 18h00,
Mis à jour le 06.02.2015 à 11h55

En 2014, les ventes de livres numériques ont progressé de 45% en valeur à 63,8 millions d’euros, et de 60% en volume avec 8,3 millions de titres téléchargés selon le bilan annuel présenté le 5 février à Paris par GFK. Cette hausse se révèle inférieure aux prévisions en valeur, et légèrement supérieure en volume. Le prix moyen du livre numérique s’établit à 7,70 euros, soit une baisse de 9% par rapport à celui de l’année 2013.
 
La hausse du numérique ne compense pas le repli des ventes de livres imprimés. Le marché global recule de 1,3% en valeur, à 3,9 milliards d’euros, et de 1,4% en volume, à 351 millions d’unités vendues selon GFK. Le livre numérique reste encore très marginal, représentant 1,6% du chiffre d’affaires total, et 2,4% des volumes. "Pour un ratio plus juste il faudrait pouvoir faire ce calcul à catalogue comparable, mais l’exercice est difficile", indique Sébastien Rouault, chef de groupe panel livre de GFK. Certains secteurs ou éditeurs réalisent des performances supérieures.
 
Le marché français du livre résiste cependant mieux que la plupart des autres marchés européens où l’institut dispose de panels nationaux: seul le Portugal fait mieux avec un repli de -0,2%. L’Allemagne est à -2,1%, l’Italie à -2,7%, l’Autriche à -3,4%, la Belgique à -4%, la Suisse alémanique à -4,9%, l’Espagne à -6,5% et les Pays-Bas à -8%.
 
Le livre se porte mieux aussi que les autres secteurs des loisirs et biens culturels suivis par GFK (jeux, musique et vidéo). La moyenne des quatre marchés culturels baisse de 4% en volume et de 4,7% en valeur.
 
Le taux d’équipement de supports de lecture se développe, de façon limitée pour les liseuses, avec 3,5% de foyers en disposant (près d’un million), mais 35% en tablettes (13 millions de foyers) et 49% en smartphones (35 millions de foyers).
 
Le nombre d’acheteurs de livres numériques est estimé à 1 million (4% du total), contre 26 millions d’acheteurs de livres imprimés. Les trois quarts des acheteurs de livres numériques sont aussi acheteurs de livres papier. "Le numérique peut générer de nouveaux lecteurs, mais plus difficilement de nouveaux consommateurs de livres", nuance Sébastien Rouault.
 
La hausse probable de la TVA qui reviendra au taux normal de 20% pour le livre numérique sur injonction de la Commission européenne, posera une "équation économique difficile : augmenter le prix ou réduire la marge". D’où une prévision prudente de progression pour cette année, estimée à +40% par GFK.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités