Réseaux sociaux

Le ministère de la Culture victime d'un jeune usurpateur sur Twitter

Photo COMPTE TWITTER OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA CULTURE / CAPTURE D'ÉCRAN

Le ministère de la Culture victime d'un jeune usurpateur sur Twitter

Le "pirate", qui a pris le contrôle du compte pendant environ quatre heures, se présente comme le fils d'une employée du ministère.

J’achète l’article 1.50 €

Par Clotilde Ravel,
Créé le 18.07.2017 à 13h10,
Mis à jour le 18.07.2017 à 14h00

Dans la nuit du 17 au 18 juillet, le compte officiel du ministère de la Culture a été détourné durant quatre heures environ par un "pirate", qui prétend être un collégien de 13 ans, fils de la "community manager" de l'institution.  "En gros, ma mère est la vraie cm [community manager, ndlr] et je m'ennuie mdrrr", a-t-il écrit.

Des dizaines de messages insultants

De 1h à 5h du matin, le compte Twitter officiel de l'institution dirigée par Françoise Nyssen s'est rempli de blagues douteuses et d'insultes sexistes, souvent adressées aux mères des internautes. "Ta mère la chienn*sse", "gênant comme les nudes de ta mère" ou bien "ta mère la grosse p*te", a-t-on notamment pu lire dans la nuit.
 
Rapidement, le hashtag #MinistereChomage s'est hissé en tête des sujets les plus discutés sur Twitter. Le jeune homme en a profité pour faire la promotion de son compte personnel: @ViViTiX, qui a été supprimé depuis.

Les tweets supprimés

Le ministère a déclaré ce matin qu’il s’agissait d’une "usurpation" et non d’un piratage, et a présenté ses excuses pour ces "tweets indésirables".
 
Tous les messages publiés durant la nuit ont été supprimés, mais de nombreuses captures d’écran continuent de circuler sur les réseaux sociaux. Au moment de publier notre article, le mot Culture restait en tête de liste des mots clés sur Twitter, malheureusement pour un mauvais usage.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités