Belgique

Le Musée Hergé annule son exposition "Charlie Hebdo" par mesure de sécurité

© Nicolas Borel. Atelier de Portzamparc 2011

Le Musée Hergé annule son exposition "Charlie Hebdo" par mesure de sécurité

Le Musée Hergé de Louvain-La-Neuve a annoncé, pour des raisons de sécurité, l’annulation de son exposition hommage à Charlie Hebdo.

J’achète l’article 1.50 €

Par Agathe Auproux,
avec Le Soir,
Créé le 22.01.2015 à 16h11,
Mis à jour le 22.01.2015 à 17h00

Le Musée Hergé de Louvain-La-Neuve, en Belgique, devait inaugurer jeudi 22 janvier une exposition en hommage aux dessinateurs et auteurs de Charlie Hebdo, assassinés à Paris le 7 janvier dans les locaux du journal satirique. Le quotidien belge Le Soir explique qu’à la suite d’une réunion de crise sur les risques et dangers que pouvait faire encourir au personnel et à la population une telle exposition, la décision avait été prise de l’annuler.

Jean-Luc Roland, bourgmestre de Louvain-La-Neuve, dans des propos rapporté par Le Soir, s'est dit "favorable à la défense de la liberté d’expression et trouve regrettable de devoir prendre acte de l’annulation de cette exposition", ajoutant "qu’il faut simplement savoir que l’Union des Villes et des Communes impose certaines mesures de précautions, suite à la menace terroriste qui plane sur le pays". Nick Rodwell, administrateur délégué de Moulinsart, la société chargée de l’exploitation de l’œuvre d’Hergé, confie qu’il ignorait "que la situation était si grave et que l’état de peur était à ce point important dans le pays. Le Musée Hergé n’est pas là pour attiser le feu. Nous voulions poser un geste positif dont j’assume l’entière responsabilité. J’ai sans doute été un peu naïf. Le bourgmestre et la police ont très justement attiré notre attention sur les dangers que l’exposition pouvait représenter", expliquant être "ressorti de cette discussion en état de choc. Il était inconcevable pour moi de prendre le moindre risque avec le personnel et les riverains. Je suis bien entendu extrêmement déçu et tout le personnel du Musée associé à la conception de l’exposition aussi. La seule décision possible était de ne pas ouvrir l’exposition, alors que tout était prêt".

Des discussions sont engagées pour réfléchir à un moyen pleinement sûr d’ouvrir cette exposition au public, qui devait commencer sur un mur couvert d’impacts de balles dessiné par Hergé où est écrit "C’est l’encre qui doit couler, pas le sang". Les caricatures de Charb, Cabu, Wolinski et Tignous prennent ensuite le relais sur tout le parcours hommage à Charlie Hebdo mis en place par le Musée Hergé.

Commentaires (2)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
j

Jacques

il y a 6 ans à 14 h 12

Bonjour, Pourquoi ne pas transformer votre excellente idée / initiative en exposition virtuelle ! Cordialement Jacques


J

Joëlle Bobbio

il y a 6 ans à 16 h 46

ça sert à quoi alors que 4 millions de personnes en France aient défilé en criant JE SUIS CHARLIE et sous des banderoles MEME PAS PEUR NOT AFRAID !!!!!


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités