Le nouveau prix Maison Rouge récompense Alexandre Labruffe | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 21.08.2019 à 16h46 (mis à jour le 22.08.2019 à 11h07) Proclamation

Le nouveau prix Maison Rouge récompense Alexandre Labruffe

Alexandre Labruffe, à gauche au premier plan, entouré du jury du prix de la Maison Rouge - Photo MAISON ROUGE

Pour sa première édition, le prix présidé par le romancier Philippe Djian a récompensé Chroniques d’une station-service d’Alexandre Labruffe, à paraître aux éditions Verticales.

Surprise de l’été, un nouveau prix littéraire basque, le prix Maison rouge, fait irruption en marge du G7 des chefs d’Etat qui se réuniront à Biarritz samedi 24 août. Auto-proclamé "G7 littéraire", les sept membres du jury de ce prix littéraire indépendant réunis le 21 août à la Maison rouge, un espace de coworking de la ville balnéaire, ont récompensé Chroniques d’une station-service, le premier roman d’Alexandre Labruffe à paraître le jeudi 22 août aux éditions Verticales (Gallimard). Le lauréat a reçu la somme de 5000 euros.
 
Présidés par le romancier Philippe Djian, les jurés ont souhaité récompenser "l’audace et la créativité d’un ouvrage sans catégorie prédéfinie, à contrecourant des grands prix classiques remis par les professionnels du secteur en amont de la rentrée littéraire. […­] Le prix Maison rouge est autant une distinction littéraire qu’un état d’esprit avide de liberté, de spontanéité et de fantaisie. Sa vocation est de sortir des circuits parisiens et de s’autoriser à juger et apprécier sans contrainte », rajoute Philippe Djian.

Un prix politique
 
Chroniques d’une station-service suit le quotidien minimaliste d’un héros pompiste, épicentre de la banalité du monde contemporain. Le récit d’Alexandre Labruffe, de par les thématiques qu’il brasse – travail, environnement, quête de sens – fait écho aux enjeux sociaux et climatiques qui sous-tendent une partie des discussions qui se tiendront cette semaine entre les plus puissants chefs d’Etat au monde.
 
"Alexandre Labruffe décrit froidement l’ambiance étrange de ces non-lieux que sont les stations d’essence. Notre monde se détruit en brûlant du pétrole et Alexandre Labruffe est le greffier de ce suicide. Il témoigne, par aphorismes désespérés et saynètes brèves, de cette apocalypse bizarre qui est en cours. Pour cette première édition d’un prix littéraire biarrot, ce choix me semble parfait. Il est un cinglant message envoyé à nos dirigeants incapables de s’entendre sur la lutte contre la pollution atmosphérique," explique le membre du jury Frédéric Beigbeder dans un communiqué.
 
Le jury du prix de la Maison Rouge est composé de Philippe Djian le président, Frédéric Beigbeder, Isabelle Carré, Diane Ducret, Jean Le Gall, Claude Nori, Dominique de Saint Pern et Frédéric Schiffter.
close

S’abonner à #La Lettre