Disparition

Le photographe suisse Marcel Imsand s'est éteint

Marcel Imsand - Photo COPIE D'ÉCRAN/TSR

Le photographe suisse Marcel Imsand s'est éteint

Grand photographe spécialiste du reportage social, le suisse Marcel Imsand s'est éteint samedi 11 novembre et laisse derrière lui près de 80 livres. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges,
Créé le 13.11.2017 à 15h25,
Mis à jour le 13.11.2017 à 16h00

La disparition de Marcel Imsand, "figure majeure et attachante de la scène photographique suisse", a été annoncée par le musée de l'Elysée de Lausanne, samedi 11 novembre. Le photographe né dans le Valais en 1929 a "marqué son époque de son empreinte sensible dans de nombreux genres: portraitiste, il pratiquait également le reportage social et journalistique, et collaborait régulièrement avec de nombreux artistes suisses et internationaux", explique le musée, haut lieu de la photographie en Europe. 

Venu à l'âge de 35 ans et de manière autodidacte vers la photographie, il a au cours de sa carrière participé à près de 80 livres. Parmi ses dernières publications, plusieurs relatent ses rencontres avec des grands noms. Barbara: la chanteuse et le photographe (Autrement, 2007) raconte notamment sa relation avec la chanteuse, avec laquelle il était ami proche depuis un concert à Lausanne en 1965. L'éditeur suisse Favre avait de la même manière publié Béjart secret en 2007, série de photographies révélant l'art du chorégraphe et danseur. 

Le photographe suisse restera aussi un spécialiste du reportage social, des photos d'anonymes et du quotidien de la Suisse romande. Pendant plus de dix ans, il a par exemple rendu visite à deux vieillards dans la campagne vaudoise, et en a tiré Paul et Clémence (La Sarine), série de clichés hors du temps. Près de Gruyère, il a aussi suivi deux jumeaux nonagénaires, les Vionnet, immortalisés dans Les Frères (La Sarine). "J'allais les voir parce qu'ils étaient devenus des amis. Je ne prenais pas si souvent des photos et jamais je n'ai pensé en faire un livre ou une exposition", expliquait-il au Temps. 

"Il avait cette capacité à s'approcher des autres. Des plus pauvres aux plus riches. Il savait se faire petit, discret", raconte à l'Agence télégraphique suisse sa fille, Marie José Imsand Popescu. Cette dernière avait par ailleurs fait publier chez La Sarine des Confidences, réunissant des entretiens avec son père au sujet de l'amour, de la famille, et bien sûr de la photographie.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités