Proclamation

Le prix de la littérature arabe 2023 pour Feurat Alani

Feurat Alani - Photo Patrice Normand

Le prix de la littérature arabe 2023 pour Feurat Alani

L’auteur franco-irakien est récompensé pour son premier roman Je me souviens de Falloujah, paru aux éditions JC Lattès. La première édition du prix de la littérature arabe des lycéens est quant à elle revenue à Abdelkrim Saifi pour son roman Si j’avais un franc, aux éditions Anne Carrière.

Par Charles Knappek,
Créé le 28.11.2023 à 19h51

Feurat Alani est le lauréat 2023 du prix de la littérature arabe, créé en 2013 par la fondation Jean-Luc Lagardère et l’Institut du monde arabe (IMA) et doté de 10 000 euros. Le journaliste franco-irakien a été récompensé ce 28 novembre pour son roman Je me souviens de Falloujah (JC Lattès).

Le jury a salué « un roman émouvant sur l'amnésie et la mémoire retrouvée entre la France et l'Irak, sur la relation à la fois complexe et tendre d'un père à son fils, sur l'exil et les souvenirs d'un pays déchiré...avec beaucoup de finesse, de tendresse, d'intelligence mais aussi d'humour ».

Feurat Alani, qui a déjà reçu cette année le prix Senghor et le prix du roman Version Femina pour son roman, succède à l’écrivain tunisien Yamen Manai, lauréat du prix de la littérature arabe en 2022 pour son roman Bel Abîme (Éd. Elyzad).

Dans le même temps, le prix de la littérature arabe des lycéens a été attribué à Abdelkrim Saifi pour son roman Si j’avais un franc (Anne Carrière). Le jury des lycéens a estimé que « Si j’avais un franc est un roman qui délivre un message fort, porté par une écriture accessible, simple, et qui fait la part belle à la langue arabe. L’histoire, très réaliste, racontée à hauteur d’enfant, est bouleversante. Si j’avais un franc montre avec beaucoup de justesse toute la complexité d’un parcours de vie qui se confronte à la grande Histoire. »

Nouveau prix lycéen en 2023

Créé cette année, le prix de la littérature arabe des lycéens, doté de 4 000 euros, est attribué par près de 120 élèves de lycées généraux, technologiques et lycées professionnels de l’Académie de Versailles qui ont lu et voté pour leur ouvrage préféré parmi la sélection finale. « Ce nouveau Prix s’inscrit dans la lignée des engagements de la Fondation Jean-Luc Lagardère, de l’Institut du monde arabe et de l’Académie de Versailles en faveur des enjeux d’interculturalité, et dans leur volonté d’accompagner les jeunes dans la construction d’un regard sur l’altérité et sur les différentes cultures du monde », précise un communiqué.

La cérémonie de remise du Prix des lycéens se tiendra le 21 décembre 2023 en présence du recteur de l’Académie de Versailles, du président de l’Institut du monde arabe et de l’administrateur délégué de la Fondation Jean-Luc Lagardère.

Au cours de la soirée, Jack Lang, président de l’IMA, a souligné « l’importance de faire rayonner la richesse des cultures du monde arabe, dont la littérature et la poésie sont des modes majeurs. » « Dans le contexte où la traduction des textes arabophones se raréfie, la mise en lumière des auteurs issus du monde arabe est essentielle et ce prix, également porté désormais par la jeunesse, en est le précieux instrument », a-t-il insisté.

Pierre Leroy, directeur général délégué de Lagardère SA et administrateur délégué de la fondation Jean-Luc Lagardère, a pour sa part rappelé la mission première de ce prix : « Porter en France les voix des écrivains du monde arabe afin de continuer à jeter des ponts entre nos cultures différentes, pour les rendre toujours plus attentives les unes aux autres.»

 

Les dernières
actualités