Le prix du Roman arabe remis chez Gallimard à Boualem Sansal, le 21 juin | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec vt, avec afp, le 15.06.2012

Le prix du Roman arabe remis chez Gallimard à Boualem Sansal, le 21 juin

Boualem Sansal (C. Hélie/Gallimard)

Suite à cette décision, Olivier Poivre d'Arvor réintègre le jury.

Les membres du jury remettront finalement le Prix du Roman Arabe au lauréat 2012, l'écrivain algérien Boualem Sansal, pour son livre Rue Darwin, chez son éditeur, Gallimard. Après la rupture des jurés avec les organisateurs et mécènes du prix, le Conseil des ambassadeurs arabes, l'un des jurés, Tahar Ben Jelloun avait confié plus tôt dans l'après midi de vendredi qu'ils "cherchaient un nouveau sponsor", projetant même d'attendre la réntrée.

"Les jurés se sont désolidarisés du Conseil des ambassadeurs arabes et ont voulu maintenir le choix de leur lauréat", a précisé à l'AFP la maison d'édition qui accueillera jeudi 21 juin le lauréat et les jurés.

"Cette cérémonie sera organisée en partenariat avec Radio France, à l'initiative de son président Jean-Luc Hees, et relayée sur les antennes du groupe", a annoncé vendredi à l'AFP le directeur de France Culture Olivier Poivre d'Arvor, qui avait démissionné du jury lundi (voir actualité du 12 juin) pour protester contre l'annulation de la remise du prix à Boualem Sansal par le Conseil des ambassadeurs arabes.

"Dès lors que le prix est remis au lauréat, je reviens dans le jury et serai là jeudi", a-t-il indiqué. "Je pense que Radio France continuera à accompagner ce prix".

Boualem Sansal devait recevoir le 6 juin à l'Institut du monde arabe ce Prix, doté initialement de 15 000 euros. Mais le Conseil des ambassadeurs arabes a annulé la cérémonie "en raison des événements actuels dans le monde arabe", avait-il annoncé au jury.

Selon Olivier Poivre d'Arvor, les diplomates arabes ont réagi ainsi en raison de la participation en mai de Boualem Sansal au Festival international des écrivains de Jérusalem, expliquait-il. Le Hamas avait assimilé dans un communiqué sa présence en Israël "à un acte de trahison".

"Le Conseil des ambassadeurs arabes a retiré son sponsoring. Mais le prix est maintenu, nous allons rechercher un nouveau sponsor et voir comment pouvoir donner son prix à Boualem Sansal, notre lauréat", avait annoncé vendredi après midi à l'AFP l'écrivain franco-marocain Tahar Ben Jelloun.

Selon lui, "il était inévitable qu'un jour il y ait un clash avec les ambassadeurs arabes".

Le prix du Roman arabe, créé en 2008, est destiné à couronner l'ouvrage d'un auteur d'origine arabe dont le roman a été écrit ou traduit en français.

Olivier Poivre d'Arvor envisageait même la remise d'un prix "France Culture spécial" à Boualem Sansal pour son livre, qui a déjà reçu le 29 mai, le prix du Roman-News. Plusieurs des ouvrages de l'écrivain algérien sont interdits dans son pays.


Thématique

close

S’abonner à #La Lettre