Le prix Émile Guimet 2019 récompense Natsu Miyashita | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 04.07.2019 à 16h56 (mis à jour le 04.07.2019 à 17h00) Proclamation

Le prix Émile Guimet 2019 récompense Natsu Miyashita

La romancière japonaise Natsu Miyashita a reçu le prix Émile-Guimet de Littérature asiatique pour Une forêt de laine et d’acier (Stock, 2018).

Le roman Une forêt de laine et d’acier de Natsu Miyashita (Stock, 2018), traduit du japonais par Mathilde Tamae-Bouhon, a reçu le 27 juin le prix Emile-Guimet.
 
Le livre raconte l’histoire de Tomura, qui mène une existence paisible jusqu'au jour où il rencontre Itadori, accordeur de métier. Tomura, fasciné par les sons qu'Itadori fait surgir des entrailles du piano, se fait la promesse de devenir lui aussi accordeur. L’ouvrage a reçu le prix des Libraires 2016 au Japon où il a été vendu à près de 500 000 exemplaires.  

5 livres en lice
 
Présidé par Adrien Goetz de l’Académie des Beaux-Arts, le jury était composé de Pierre Singaravelou (historien, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Eun-Jin Jeong (Inalco), Brigitte Nicolas (Musée de la Compagnie des Indes et de L’Orient), Isabelle de Vendeuvre (ENS) et Nina Martinet (ICI Librairie).
 
Une forêt de laine et d’acier était en compétition avec quatre autre romans: Encouragez donc les garçons d’Eun He-Kyung (L’atelier des cahiers), La somme de nos folies de Kow Shih-Li (Zulma), L’incessant bavardage des démons d’Ashok Ferrey (Mercure de France) et Portée-la-Lumière de Jia Pingwa (Stock).
 
Initié en 2017, le prix Emile-Guimet récompense l’ouvrage d’un auteur asiatique traduit et publié en France. Lors de la première édition, le prix a été décerné à Delhi Capitale de Rana Dasgupta (Buchet Chastel) et a été remis l'année dernière à Hwang Sok-yong pour Au soleil couchant (Picquier, 2017).
close

S’abonner à #La Lettre