PRIX LITTÉRAIRE

Le prix francophone du Festival de la poésie de Montréal récompense Linda Maria Baros

Photo PHIL JOURNÉ / LE CASTOR ASTRAL

Le prix francophone du Festival de la poésie de Montréal récompense Linda Maria Baros

La première édition du Prix francophone international du Festival de la poésie de Montréal couronne Linda Maria Baros, pour son recueil La nageuse désossée. Légendes métropolitaines (Le Castor Astral).
 

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 31.05.2021 à 18h30,
Mis à jour le 31.05.2021 à 18h41

Le jury du Festival de la poésie de Montréal a attribué, lundi 31 mai, son premier prix francophone international au recueil de poésie La nageuse désossée : légendes métropolitaines de Linda Maria Baros, paru au Castor Astral. Elle se voit décerner une bourse de 5000 dollars canadiens et une invitation pour le festival Voix Vives de Méditerranée de Sète. Une mention spéciale a été décernée à Chehem Watta pour Foudres, publié aux éditions Bernard Dumerchez.

La nageuse désossée : légendes métropolitaines raconte des légendes urbaines influencées par la cruauté de l'époque contemporaine ainsi que par les mythes archaïques ou récents associés au monde des villes. "Rêveur ou cauchemardesque, ancré dans le mythe, le recueil est profondément original. Il donne à voir le monde tel qu’il est, barbare, horrifique, que l’homme s’imagine contrôler, alors qu’il l’a lancé sur une trajectoire mortifère et apocalytique. Par sa force d’invention, la poésie de Linda Maria Baros se métamorphose salves d’avenir." explique le festival dans un communiqué. 

Linda Maria Baros est auteure de cinq recueils de poèmes. Elle a notamment publié Le Livre de signes et d’ombres (Prix de la Vocation, 2004), La Maison en lames de rasoir (Prix Apollinaire, 2006), L’Autoroute A4 et autres poèmes (2009), tous publiés par Cheyne. La poétesse d’origine roumaine est membre de l'Académie Mallarmé.

Le jury est constitué de Guy Régis Jr, directeur artistique du festival Quatre Chemins (Haïti), de David Giannoni, directeur de la Maison de la poésie d’Amay (Belgique), d'Abdoulaye Fodé Ndione, membre fondateur de la Maison africaine de la poésie internationale (Sénégal), d' Isabelle Courteau, directrice générale et artistique du festival de la poésie de Montréal (Québec), et de Sylvestre Clancier, président de l’académie Mallarmé et de la Maison de poésie (France). 

La 22e édition du Festival de la poésie de Montréal se déroule du 31 mai au 6 juin, avec une quinzaine d’événements entièrement diffusés sur le web. La manifestation littéraire a pour thématique "Entre nos mains".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités