Le Prix UNICEF de littérature jeunesse s'ouvre aux enfants malvoyants | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 12.03.2020 à 11h25 (mis à jour le 12.03.2020 à 13h55) Handicap

Le Prix UNICEF de littérature jeunesse s'ouvre aux enfants malvoyants

Photo UNICEF/UNI141953/MACKSEY

Avec la Fondation Visio, UNICEF France va permettre aux enfants aveugles et malvoyants de rejoindre les votants pour ses prix dédiés aux livres jeunesse.

Un an après avoir annoncé l'initiative, UNICEF France s'est associé à la Fondation Visio pour que les enfants aveugles et malvoyants puissent participer aux votes de son Prix de littérature jeunesse.

Les livres des catégories 3-5 ans et 6-8 ans en lice pour le Prix UNICEF de littérature jeunesse 2020 seront tous audiodécrits, avec en plus un travail inédit de design sonore pour les livres de la catégorie 6-8 ans.

"C’est tout le travail que nous avons réalisé avec la collaboration de Dune Cherville, audiodescriptrice extrêmement active au sein de l’audiovisuel français. C’est un travail de longue haleine qui demande beaucoup de préparation, de temps de rédaction, d’échanges, d’écoute… afin d’arriver à un résultat de qualité et facilement compréhensible par les enfants. Le design sonore réalisé pour les livres des 6-8 ans est une innovation qui va permettre aux jeunes lecteurs de plonger littéralement dans l’atmosphère du livre !", explique dans le communiqué, Pascale Humbert de la Fondation Visio.

Pour sa 5e édition, le prix est parrainé cette année par Christophe Galfard, l’auteur de la trilogie jeunesse Le Prince des nuages (Pocket Jeunesse). Sur la thématique "Objectif Terre : lisons pour la planète !", la sélection 2020 élaborée par des enfants et des professionnels de l’éducation et de la littérature jeunesse, se compose d’albums, romans, BD, documentaires sur le climat, en lien avec les droits de l’enfant.

Les enfants et jeunes de 3 à 15 ans ont jusqu’au 31 août 2020 pour voter pour leurs livres préférés, répartis par catégorie d'âge (3-5 ans / 6-8 ans / 9-12 ans / 13-15 ans).
close

S’abonner à #La Lettre