Rapports de l'UIE

Le rôle des licences dans l'édition specialisée (7/7)

Les 10 plus importants éditeurs dans le segment Sciences & Techniques

Le rôle des licences dans l'édition specialisée (7/7)

A l’occasion de la Foire de Francfort, l’union internationale des éditeurs a lancé une série de sept rapports qui abordent les différents aspects de l’édition internationale. Dernier rapport avec le fonctionnement et le rôle des licences legislatives dans l’édition spécialisée

J’achète l’article 1.50 €

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 06.11.2020 à 12h17,
Mis à jour le 06.11.2020 à 13h00

L'Union internationale des éditeurs (UIE) a lancé une série de sept rapports qui examinent plusieurs enjeux pour le secteur l'édition, du droit d'auteur à l'efficacité des matériels pédagogiques imprimés et numériques. Dans le dernier rapport que nous relayons, l'UIE analyse le fonctionnement des licences dans l’édition spécialisée.

Dans ce dernier rapport, les chercheurs s'appuient sur le fait qu' auteurs et éditeurs facilitent l’accès à la pédagogie et à la recherche en conservant et diffusant du contenu scientifique et en fournissant un matériel d'apprentissage.

Cependant, le secteur de l’édition dépend de l'existence d'un cadre législatif qui permet aux auteurs et aux éditeurs de recevoir une rémunération équitable et d'investir dans le développement de nouveaux contenus et services. Lorsque la politique publique  internationale soutient les auteurs et les éditeurs, cela a un impact positif clair sur la et les résultats de l'apprentissage.

Répondre à de multiples besoins pédagogiques

Les éditeurs investissent dans le développement de ressources qui stimulent l'apprentissage pour soutenir les enseignants qui dispensent les programmes locaux dans les salles de classe. Les éditeurs éducatifs proposent aussi des solutions mixtes, utilisant des formats spécifiques à la manière dont les enseignants veulent enseigner. Il s'agit de technologies appropriées, en fonction du financement, des orientations politiques et des capacités pédagogiques. Ils soutiennent aussi les enseignants lorsque les décideurs politiques et les agences gouvernementales se désengagent. Enfin, ils représentent le choix, la diversité, l'innovation, de solutions locales pour les besoins locaux, et la collaboration avec tous les autres acteurs de la scène éducative.

Le cas de l'Afrique

En Afrique, plus de 80% des publications sont classées comme "éducatives". Si les régimes de droits d'auteur dans le continent sont peu présents ou non appliqués, les moyens de subsistance des auteurs d'ouvrages pédagogiques et des entreprises sont compromis tout comme les modèles pour les éditeurs éducatifs. 

Alors que plusieurs initiatives de collaboration conçues pour soutenir les pays en développement existent, les revenus suscitent de sérieuses inquiétudes pour les auteurs non anglophones et les petits éditeurs. Des solutions durables sont nécessaires pour l'édition, secteur émergeant, dans les pays en développement : ceux-ci dépendent de l'efficacité de la l'application des normes internationales en matière de droit d'auteur.

A contrario, à Singapour, l'octroi de licences a permis à un une industrie florissante de l'édition pédagogique. Les auteurs et les éditeurs sont à l'avant-garde de développer et déployer tout ce que le "numérique" a à offrir dans la création, la diffusion, l'utilisation et l'octroi de licences pour leurs matériels. Les ventes mondiales dans le secteur STM (Science, Technologie, Médecine) s'élève désormais à à 26,7 milliards de dollars américains par an.

Editeurs et enseignants : une collaboration réussie a l'internationale

Le rapport donne également des exemples de collaborations réussies qui offrent des solutions équilibrées profitant aux apprenants comme aux enseignants, et donc à l'ensemble de la société.

En Finlande, outre la qualité et la motivation des enseignants, ces derniers ont toute confiance dans les éditeurs pour développer les ressources dont ils ont besoin au bon moment. L'Agence finlandaise pour l'éducation travaille en collaboration avec eux pour développer le programme d'études, et les éditeurs se font ensuite concurrence pour développer des ressources et investir dans des innovations que les enseignants peuvent choisir.
 
Singapour sert d'exemple pour ses réalisations en matière d'éducation. Le ministère singapourien de l'éducation définit le programme d'études et les éditeurs remportent des contrats par le biais d'une procédure d'appel d'offres qui récompense l'innovation. Les éditeurs sont invités à présenter et à partager leur expérience et l'expertise nécessaire pour développer de nouvelles ressources et de nouveaux formats.
 
Le Kenya dispose d'un programme national d'alphabétisation numérique dans toutes les écoles primaires, en utilisant des ordinateurs portables et des tablettes préchargées avec du contenu numérique interactif, le tout étant financé par le Ministère de l'éducation. Les éditeurs sont encouragés à développer le matériel en fonction de l'objectif des normes d'approbation. Le programme concerne 90000 enseignants, 1 million d'appareils, 89 % des écoles primaires et 20 éditeurs kenyans.
 
Avec l'offre de base en place pour répondre aux besoins du programme d'études de base, il est possible d'obtenir une offre supplémentaire à partir d'une source ouverte et de solutions de licences collectives qui permettent d'accéder à des extraits de droits d'auteur, sans pénaliser les utilisateurs ou les titulaires de droits. Ce marché secondaire, mis en place par les organismes de gestion des droits d'auteur, complète le marché primaire permis par les éditeurs eux-mêmes. Un marché sûr et équilibré entre les auteurs, les éditeurs, les enseignants, les OCM et les fournisseurs de technologie peut fournir un paysage synergétique, durable, progressif et évolutif de la fourniture de ressources pour soutenir les apprenants, les enseignants, les décideurs politiques et les gouvernements. Le rapport en conclut qu'une éducation n'est efficace que si elle passe par de l'offre locale, soutenue par des ressources diverses mais ciblées, développées de manière collaborative.  

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités