Disparition

Le traducteur Jean-Pierre Carasso est mort

Jean-Pierre Carasso sur le plateau d'Apostrophe le 16 mai 1986 pour sa traduction d'"Orson Welles" de Barbara Leaming. - Photo COPIE D'ÉCRAN/INA

Le traducteur Jean-Pierre Carasso est mort

On lui doit la traduction de Last exit to Brooklyn et celle de nombre d’auteurs mythiques tels que Raymond Carver, Jonathan Safran Foer, Jay McInerney publiés à L’Olivier.

J’achète l’article 1.50 €

Par Claude Combet,
Créé le 03.02.2016 à 17h39,
Mis à jour le 03.02.2016 à 18h00

"Jean-Pierre Carasso, l’un des plus grands traducteurs de l’américain s’est éteint lundi à l’âge de 74 ans" a annoncé l’éditeur Olivier Cohen, ajoutant dans sa lettre, "Il était étroitement lié depuis leurs débuts aux éditions de l’Olivier, pour lesquelles il a traduit les œuvres de Raymond Carver, Jonathan Safran Foer, Jamaica Kincaid, Alice Munro, Cynthia Ozick, Ethan Coen, E. L. Doctorow, Jay McInerney, Sapphire, la plupart du temps en collaboration avec sa compagne Jacqueline Huet".

Jean-Pierre Carasso a traduit des textes aussi mythiques que La conjuration des imbéciles, de John Kennedy Toole (Laffont), Last exit to Brooklyn, d’Hubert Selby Junior (Albin Michel), Trente ans et des poussières, de Jay McInerney (L’Olivier), entre autres.

"Au risque de tomber dans le cliché qui veut que toute œuvre littéraire soit une traduction, qu’il me soit permis de penser que nous avons modestement réussi à nous effacer à notre tour stylistiquement parlant devant Selby pour laisser monter dans le lecteur toutes les émotions que ce rescapé de la tuberculose, privé de dix côtes, respirant avec un seul poumon, alcoolique, drogué et de son propre aveu assez frappadingue (whacky), s’est génialement acharné à évoquer" a-t-il écrit dans son texte Comment j’ai traduit Last exit to Brooklyn, publié par La République des lettres, racontant l’aventure à la fois avec humour et humilité.

Au total, on lui doit plus de 400 traductions depuis la première, celle d’Hamlet et Œdipe, d’Ernest Jones en 1980 (Gallimard). Il était aussi le traducteur attitré d’Howard Buten, avec lequel il a coécrit Histoire de Rofo, clown, paru en 1991 à L’Olivier.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités